Prière d’aspiration des vidyadharas

par Rigzin Tséwang Norbou

Rigzin Tséwang Norbou

(Télécharger le PDF)


Grand maître du XVIIIe siècle appartenait à la tradition nyingmapa, précurseur de ce qui allait devenir un siècle plus tard le mouvement « Rimé ». C'est ainsi qu'il entretint des liens étroits avec les autres lignées et plus particulièrement avec les Kagyupas, qui détiennent encore aujourd'hui une part de son héritage spirituel.


Kathog Rigzin Péma Wangchen Rinpoché, qui vit à Taiwan, a été reconnu comme sa réincarnation ( www.kathog-rigzin.fr ). Il est l'auteur de nombreux chants exprimant superbement la vue Dzogchen et qui ont été loués entre autres par Nyoshul Khen Rinpoché, Taré Lhamo et Thinley Norbou Rinpoché.



Aux Vainqueurs des dix directions et des trois temps ainsi qu’à leurs fils, je rends hommage.


Sans avoir [encore] acquis l’authentique patience,
Avec l’excellent support des libertés et richesses, puissé-je franchir le seuil du Dharma
Et, après avoir été accepté par un instructeur du Dharma, suprême ami spirituel,
Me consacrer brillamment, nuit et jour, à l’étude et à la réflexion.


Cette vie étant brève et le Dharma soumis à moult agressions,
Afin de m’appliquer à la méditation, puissé-je me fixer en un lieu solitaire
Et entrer sur la voie des mantras, ultime stade du grand Véhicule,
En m’en remettant au maître spirituel, que je réjouirai des trois manières possibles !


[En respectant] parfaitement et sans faute aucune les trois vœux,
Puissé-je pratiquer la voie des deux stades méditatifs sans que cela ne dure longtemps,
Distinguer correctement les Terres et les Voies, faire naître les qualités conformément aux écritures
Et réaliser ainsi promptement l’excellence du double but !


Jusque là, puissent toutes mes actions être imprégnées de l’esprit d’éveil.
En n’accumulant aucune faute envers les autres par mes trois portes,
Et eux également, n’en accumulant pas non plus envers moi,
Puissions-nous jouir du glorieux bonheur où tout n’est que plaisir !


Accomplissant totalement les activités de bodhisattva, en une grande vague,
Sans me soucier de jouir d’une prospérité et d’un bien-être passagers,
A travers moult activités de pacification, d’enrichissement, de puissance ou de destruction,
Puissé-je agir pour le bien des êtres en subjuguant tous ceux qui doivent l’être !


Si des médisants me calomnient,
Même s’ils sont constamment perturbés par leur hostilité et leur jalousie,
Que jamais ils ne connaissent la complète maturation de leurs actions négatives,
Et qu’ils deviennent mon cercle [de disciples] pour que nous jouissions ensemble de l’éveil !


Lorsque [des malfaisants] s’en prennent à mes possessions, à mon entourage et à mes proches,
Bien qu’il soit difficile d’envisager d’adresser une dédicace à leur corps et à leur esprit,
Puissent-ils être promptement délivrés des enfers et, [sur] la voie du grand éveil,
Devenir les soutiens de mes œuvres et les exécutants de mes activités !


Ceux que les autres Victorieux ont grand mal à soumettre,
Ces êtres qui se plaisent au mal : qu’ils deviennent mes disciples !
Pour qu’ils ne puissent échapper à l’état de bouddha,
Qu’ils soient capables de faire naître une foi naturelle et d’engendrer l’esprit d’éveil !


Lorsque j’aurai obtenu la patience, dans tous les recoins des mondes inférieurs,
Puissé-je intentionnellement pénétrer et m’établir pour purifier les obscurcissements
De tous ceux dont l’esprit est en proie aux facteurs afflictifs,
Les établir sur la voie de l’éveil et au niveau de la vérité pure !


Tout être qui commet des actes négatifs à effets immédiats,
Celui qui a brisé ses vœux de libération individuelle ou ses engagements tantriques,
Sans oublier tous les coupables de terribles méfaits : en entendant mon nom,
Puissent-ils épuiser leurs fautes et entrer sur la voie de la délivrance !


En quelques existences seulement,
Puissé-je rendre manifeste le plein état d’éveil.
De la sorte également, au niveau des trois Terres pures,
Puissé-je me manifester avec les qualités d’un véritable bodhisattva !


Tant qu’il y aura des êtres, puissé-je maintenir cette manière [d’agir]
Et, dans une inconcevable activité qui réjouira
Les bouddhas parfaits ainsi que leurs sublimes et proches disciples,
Puissé-je m’investir continûment et sans répit !


Ceux que les autres bouddhas et bodhisattvas peinent à discipliner,
Puissé-je les prendre tous comme disciples
Et, par maintes activités habiles, paisibles ou courroucées,
Puissé-je en faire des fils des bouddhas !


Pour tout disciple des bouddhas, puissé-je apparaître en tant que bouddha.
De la même manière, pour ceux qui sont à subjuguer,
Puissé-je me manifester sous leur aspect et, qu’irrésistiblement,
Ils deviennent mes disciples pour entrer sur la voie du Grand Véhicule !


Ma foi ayant adopté le style d’un bodhisattva,
Agissant selon l’esprit d’éveil, à l‘instar des huit fils proches,
Puissé-je réaliser toutes les activités et prières d’aspiration du Grand Véhicule,
En les embrassant toutes ensemble !


Un jour, lorsque je serai devenu un bouddha parfait,
Puissé-je personnifier la vie et l’activité du bouddha du Gange, semblable au champ de grande félicité
Et, tant que durera le sublime Dharma,
Puissé-je le rendre manifeste, instantanément !


De cette manière, par la force de vérité des Trois Joyaux,
Que toutes mes prières d’aspiration du Grand Véhicule se réalisent infailliblement
Et que les êtres qui me voient, m’entendent, se souviennent de moi ou me touchent
Jouissent ensemble [des fruits] de cette suprême prière !


En outre, mon accumulation de vertus, conditionnées ou non,
Je la dédie entièrement à mes mères, les êtres.
Ainsi, après avoir produit la pensée supérieure de l’esprit d’éveil,
Qu’ils soient aussi tous inclus dans cette excellente prière !


Puisse mon groupe de disciples, détenteurs de la lignée spirituelle,
Eux tous, autant qu’il en existe,
Etre bénis par l’océan des vainqueurs et vidyadharas
Pour obtenir promptement le fruit du grand éveil !


Jusque là, puissé-je, sans effort, obtenir intégralement
Tous les enseignements mondains et supra-mondains
Et, en bref, grâce aux suprêmes prières d’aspiration que j’ai faites
Puissent-ils tous jouir du fruit de ces vertus !


Puissent les êtres torturés par les souffrances des temps dégénérés,
En pratiquant correctement ces instructions qui unissent [les phases] de développement et d’achèvement ,
Quintessence de l’état réalisé et de toutes les sadhanas du Gourou protecteur,
Obtenir la gloire des deux types d’accomplissements !


Que s’accroisse le bonheur des gouvernants et du peuple de ce pays !
Que jamais ne se dégrade la doctrine de Shakyamouni !
Que les enseignements de l’essence adamantine de la Claire lumière se répandent et fleurissent !
Que les nobles préceptes et la noble pratique recouvrent la terre entière !


Que le suprême bienfait atteigne le cœur même des êtres, mes mères,
Et que la grâce du Gourou Padma les pénètre entièrement !
Qu’ils obtiennent la conviction [née de] la maturation et de la libération ! dans le champ pur de grande félicité,
Qu’ils atteignent le niveau de régents des vainqueurs et réalisent promptement le grand éveil !


L’aspiration que tous les êtres entrent sur cette voie de la nature essentielle
Etant ainsi énoncée, en leur rendant de cette manière la bonté qu’ils m’ont témoignée,
Afin que l’intention de mon souverain lama-racine soit comblée,
Puisse cette dédicace le réjouir !


De cette façon, que perdure sans interruption la mélodie du sublime et merveilleux Dharma,
Née de l’océan de compassion de Padmakara,
Et que le suprême joyau des perfections comble tous les espaces,
Augmentant ainsi la splendeur des excellentes vertus de tous les êtres!



Ceci a été achevé par Rigzin Tséwang Norbou, au cours de sa trentième année, conformément à l’intention de l’océan des dakinis tantriques et alors que l’année du cheval-bois pointait son visage ou, selon le système de calcul tibétain, le quinzième jour du douzième mois.


Sceau de l’injonction - Sceau du trésor - sceau du samaya - sceau du secret - sceau de la propagation - sceau du mandat - Sceau du danger.


Ces instructions cruciales étant de nature très secrète, sept sceaux extrêmement importants [ont été apposés]. Ithi Gouhya (bouche close – secret).


Que tout soit auspicieux !


Traduit du tibétain par Jean-François Buliard (Tsering Thondup)