Musiqe du Luth

par Khenpo Gangshar

Khenpo Gangshar

Extrait d'un enseignement de Khenpo Gangshar, à partir duquel le Très Vénérable Khenchen Thrangu Rinpoché a bien voulu nous donner ces (pointing-out) instructions ... Que son immense compassion soit remerciée.


Au présent, quelques uns de nos êtres réalisés ont l'espoir
Qu'il y ait quelque chose sur lequel se fixer dans ce qu'on appelle méditation.


Bien qu'ils puissent s'enorgueillir que le sens d'ati soit une essence
Ce n'est ni quelque chose ni rien qui puisse être établi,


Dans Dzogchen, où les quatre extrêmes sont naturellement purifiées,
Il n'existe pas de langage qui établisse une troisième alternative.


Si vous ne pénétrez pas jusqu'au point de la simplicité largement ouverte,
Il est incertain que ce soit cela ou ce qu'il arrivera dans la méditation.


Si il y a quelque chose, méditez sur ce quelque chose tel que c'est,
Mais la façon que quelque chose a d'exister n'a jamais, jamais été vue.


Si il n'y a rien, méditez unilatéralement sur ce rien,
Mais sa non-existence n' a jamais été complètement résolue.


Les phénomènes contradictoires qui sont à la fois quelque chose et rien
Ne sont jamais présent dans la nature de l'essence de l'esprit.


Les choses connues qui sont distinctes de quelque chose et de rien à la fois,
Troisièmes alternatives véritablement existantes, ne sont jamais observées.


Nous ne trouvons jamais un objet qui soit cela ou pas cela,
Et toutes les méthodes pour méditer sur ceci ou cela sont anéanties.


La lassitude consistant à vouloir voir plus est épuisée,
Et nous restons dans la nature de la spacieuse aisance mentale.



Extrait de "Le Chant Expérimental de la Vue Dzogchen Appelée 'La Musique du Luth'" de Khenpo Gangshar Wangpo


Traduit de l'anglais par Sönam Gyaltsen