Louanges à la Déesse Namgyalma

Extrait de « Splendeur d'une lune d'automne » le poème dévotionnel de Djé Tsongkhapa

Tsongkhapa

(Télécharger le PDF)


Namgyalma (Ushnishavijaya en sanscrit) est une déesse de la longévité qui émanait de la protubérance de la couronne du Bouddha (sans. Ushnisha). Avec Amitayous et Tara blanche, elle représente la trinité la plus populaire des divinités de longévité dans le bouddhisme de l'Himalaya. Elle possède trois visages pleins et nobles, chacun représentant un aspect différent. Le visage du milieu est élégant, le droit est pacifique, et le gauche, courroucé.


Djé Tsongkhapa décrit Namgyalma de la même façon qu’elle est dépeinte dans les peintures traditionnelles tibétaines avec ses quatre divinités auxiliaires courroucées assises autour d'elle. Ces quatre appartiennent à la famille connue sous le nom des onze courroucés.


Il est dit que Sarasvatî, déesse de la sagesse, a dit à Djé Tsongkhapa qu'il ne vivrait pas passé l'âge de cinquante-sept ans. Pour remédier à cela il fit beaucoup de prières adressées à Namgyalma.



Louanges à la Déesse Namgyalma

Répondant à l'espoir des êtres vivants, un véritable trésor de pouvoirs,
Soleil d'un million de rayons de mots bien exprimés
Sa lumière blanche brillante de toutes les vertus rendues parfaites
Lama glorieux, victorieux sur la tête des êtres sensibles.


De s'appuyer sur elle c'est acquérir la sagacité la plus élevée
C'est réduire la massue de Yama à une simple image, déesse tutélaire des êtres vivants,
Vous, couronne de Bouddha, je vous offre ce maigre éloge


Homme aveugle cherchant à tâtons les formes
Je suis incapable de vous décrire,
Maintenant de cet ermitage du Saint Dharma Parfaitement composé dans le paradis de Soukhavati,
L'enseignant Amitayous, gardien du monde,
A prodigué des éloges sur vous, et à partir de son étude,
Inclinant de loin ma tête à vos pieds J'ai trouvé l'occasion, même brève, de dire ces mots.


Radiant dans son envoûtant treillis de lumière
Je me prosterne devant votre forme parfaitement symétrique,
Une montagne de neige au milieu d'un océan de lait,
Joliment assise sur un cercle de lotus-de-lune


Je me prosterne devant vous aux trois visages plein et noble,
Enflammés de la luminosité du cristal, de l'or et du saphir,
Le milieu élégant, le droit pacifié, le gauche courroucé.


Comme le saphir qui couronne la canopée,
Vos cheveux tressés couronnent votre large tête
Comme des arcs-en-ciel scintillant dans le ciel clair,
De longs sourcils ornent vos yeux noirs.


Les lignes attractives d'un nez bien formé,
Les lèvres exquises sur une bouche gracieuse,
De douces et soyeuses oreilles pendues de pierres précieuses,
Je me prosterne devant vous à la captivante élégance


Comme les chatoyantes couleurs d'une belle chaîne d'étoiles
Le plus beau collier embrasse votre corps.
Les mamelons de vos seins porteurs de lait
Sur une large poitrine comme des cygnes sur un lac de lotus


Vos quatre paires de douces mains
Ornées de joyaux précieux, blanches comme des racines de lotus,
la première tenant croisé un vajra et un lasso dans un geste menaçant


La seconde statue d’Amitabha dans le Mudra de la protection,
La troisième, un arc et des flèches, la quatrième le mudra de l'offrande
et un vase d'ambroisie possédant le pouvoir sur la vie et la mort
Guerrière conquérante, déesse de longévité, je me prosterne devant vous


Comme les tiges de lotus sur le rivage octroyant-le-désir
Votre taille radieuse, jusque là courbée, devient droite
Comme un sanctuaire de cristal enveloppé dans une tente d’Arc-en-ciel,
Votre beau corps parfait est vêtu de soie élégante.


Agréablement assise en la position du lotus adamantin,
La mère des bouddhas comme une radieuse âgée de seize ans,
Je me prosterne devant vous, qui se manifeste dans des formes innombrables
Pour réaliser les espoirs et les souhaits des êtres vivants.


Deux bodhisattvas tenant des éventails blancs,
Avalokitésvara, le lotus à la main, Vajrapani, le vajra enlacé,
Sont absorbés dans un regard insatiable sur votre forme


Sur vos quatre côtés détruisant tous les obstacles
L'épée, le crochet,le gourdin, le vajra, dans leur main droite,
Leur gauche avec le doigt menaçant pour dompter les méchants,
Achala, Takiraja, Niladanda, Mahabala sous la forme courroucée.


Au-dessus, deux jeunes dieux de leur pur royaume céleste
Versent avec ardeur les eaux pures de vases de pierres précieuses.
Tombant comme la pluie d’ambroisie de l’immortalité.


Toute existence se manifeste devant vous
L’amour incessant pour les êtres innombrables,
Protégeant du feu, des poisons et des armes
Meneuse des hommes et des dieux, je m'incline devant vous.


Enchevêtrements de l'ignorance envers toute existence retranchée
L'esprit réparti de manière égale à tout être vivant,
Porteuse de joie et de secours en tout temps, tous rythmes
Protectrice de tous les mondes, Je me prosterne devant vous.


En vertu de la méditation, l'offrande, la récitation, et la louange
Par cette noble dame, protectrice des êtres vivants,
Puis je atteindre bientôt votre état d'exaltation
Pour devenir le sauveur de toute créature dans le besoin.


Puis je avec facilité dissoudre les actes pernicieux
Nés de l'esclavage d’ un esprit rebelle,
Destiné à conduire à des résultats, non souhaités
Tous réalisés sous l'emprise de l'ignorance.


Une vie pleine, beaucoup de talent, l'intelligence, foi,
Compassion, détermination, la concentration méditative,
Puissent toutes ces qualités de corps et d'esprit
Prospérer et aller de succès en succès.


Absorbé dans la pratique de l'illumination,
Puis je effectuer par simple souhait, en accord avec mes prières,
Les actes infiniment puissants qui plaisent aux bouddhas


En formant mon esprit à l'étude, la contemplation et la méditation
Je rencontre une obstruction sur le chemin de l'illumination,
Puis je détruire entièrement avec l'action courroucée
Le pouvoir de toutes les forces obscures


Pour avoir vu, entendu, ou m’être souvenu,
Ou par le pur contact avec moi
Puis je satisfaire pleinement comme un joyau réalisateur de voeux
Ou un arbre accordant-des-souhaits, chaque espoir de chaque être vivant.


En bref, après avoir enchanté mes maîtres spirituels,
Et armé des études conduisant aux pensées du Bouddha,
Puis-je atteindre la perfection de la pratique
Pour déployer les enseignements du Bouddha dans les dix directions.


Long Mantra de Namgyalma


OM NAMO BHAGAWATAY SARWA TAYLOKYA PARTI BISHIK TAYA/ BUDDHA YATAY NAMA/ TAYATHA OM DRUM DRUM DRUM SHODAYA SHODAYA BISHODAYA BISHODAYA AHSAMA SAMENTA/ AWABHASA PRANAGATI GAGANA SABAWA BISHUDAY/ ABIKINTSEN TUMAM/ SARWA TATHAGATA SUGATA BARABATSANA AMRITA AHBIKAYKARA MAHAMUDRA MENTRA PADAY/ AHARA AHARA MAMA AHYU SAM DARANI/ SHODAYA SHODAYA BISHODAYA BISHODAYA GAGANA SOBAWA BISHUDAY/ UNIKA VIJAYA PARISHUDAY SAHASA/ REMI SENTSO DITAY/ SARWA TATHAGATA AHWALOKINI KATHA PARAMITA PARIPURANI/ SARWA TATHAGATA MATAY DASHA BUMI PARTI TITAY/ SARWA TATHAGATA HRIDAYA AHDITANA AHDITITAY/ MUDRAY MUDRAY MAHA MUDRAY BENDZA KAYA SAMHATANA PARISHUDAY/ SARWA KARMA AHWARANA BISHUDAY PARTINIWARTAYA MAMA AHYUR BISHUDAY/ SARWA TATHAGATA SAMAYA AHDITANA AHDITITAY/ OM MUNI MUNI MAHA MUNI/ BIMUNI BIMUNI MAHA BIMUNI/ MATI MATI MAHA MATI/ MAMATI SUMATI TATATA/ BATAKOTI PARISHUDAY/ BIPUTA BUDI SHUDAY/ HAY HAY DZAYA DZAYA BIDZAYA BIDZAYA/ MARA MARA PARA PARA PARAYA PARAYA SARWA BUDDHA AHDITANA AHDITITAY/ SHUDAY SHUDAY BUDDAY BUDDAY BENDZAY BENDZAY MAHA BENDZAY/ SUBENDZAY BENDZA GARBA DZAYA GARBAY BIDZAYA GARBAY/ BENDZA DZOLA GARBAY/ BENDZOEBAWAY BENDZA SAMBHAWAY/ BENDZA BENDZERNI/ BENDZA MABAWATU MAMA SHARIRAM/ SARWA SATO NENTSA KAYA PARI SHUDIR BAWATU/ ME SADA SARWA GATI PARISHUDI TSA/ SARWA TATHAGATA TSA/ MAM SAMA SHASAYENTU/ BUDDHAYA BUDDHAYA SIDDHAYA SIDDHAYA BODAYA BODAYA BIBODAYA BIBODAYA/ MOTSAYA MOTSAYA BIMOTSAYA BIMOTSAYA/ SHODAYA SHODAYA BISHODAYA BISHODAYA/ SAMENTANA MOTSAYA MOTSAYA/ SAMENTA RAMIPARI SHUDAY/ SARWA TATHAGATA HRIDAYA AHDITANA AHDITITAY/ MUDAY MUDAY MAHA MUDAY/ MAHAMUDRA MENTA PADAY SOHA.


Court Mantra de Namgyalma


OM DRUM SOHA/ OM AMRITA AHYU DADAY SOHA.
OM AH HUNG TAM HRI/ ANG AH RAKYA RAKYA MAM SARWA SATAM TSA SOHA.


Traduit de l’anglais par Deulma et Sönam pour SanghaForum