La Guirlande des Vues: Une Instruction de Padmasambhava

Titre tibétain : man ngag lta ba’i phreng ba

Une note résumant les différentes vues, véhicules et ainsi de suite.

Padmasambhava

(Télécharger le PDF)


Hommage aux Bienheureux Manjushrikumara et Vajradharma !


Les Voies Mondaines

Les vues fausses sans nombre qui existent dans le royaume du monde peuvent être résumées en quatre catégories : (1) sans réflexion, (2) les matérialistes, (3) les nihilistes et (4) les extrémistes.


Les sans réflexion ne comprennent pas si oui ou non les choses et les évènements ont des causes et des conditions; ils sont tout à fait ignorants. Les matérialistes ne comprennent pas si oui ou non il existe des vies antérieures et futures et, en croyant aux mots des secrets mondains, ils accumulent biens et pouvoirs [seulement] pour cette unique vie. Les nihilistes voient tous les phénomènes dépourvus de causes et d'effets et prétendent que tous les éléments de l'existence qui sont arrivés dans cette présente vie l'ont été accidentellement. Ainsi ils soutiennent le nihilisme. Les extrémistes soutiennent l'existence d'un "soi" éternel parce qu'ils considèrent tous les phénomènes à travers l'imputation conceptuelle. [Les extrémistes comprennent] ceux qui voient la présence d'effets là où il n'y a pas de cause; ceux qui voient faussement la cause et les effets; et ceux qui voient l'absence d'effets là où il y a une cause. Toutes celles-ci sont des vues de l'ignorance.


La Voie qui Transcende le Monde

La voie qui transcende le monde consiste aussi en deux catégories : (1) le véhicule dialectique et (2) le véhicule indestructible [du Vajrayana]. Le véhicule dialectique à son tour a trois parties : (a) le véhicule des Disciples, (b) le véhicule de Ceux Réalisés pour Eux-mêmes, et (c) le véhicule des bodhisattvas.


1- LE VÉHICULE DIALECTIQUE

a) Le Véhicule des Disciples

De cela la vue de ceux qui sont entrés dans le véhicule des Disciples est la suivante. Ils prétendent que la vue nihiliste niant toutes choses et la vue éternaliste prétendant l'existence de réalités éternelles, qui est postulée par les extrémistes au moyen de la réification et du dénigrement, sont aussi fausses que de percevoir une corde [enroulée] comme étant un serpent. [A contrario] ils voient les agrégats, les éléments et les sources, [qui sont composés des] cinq grands éléments, de même que la conscience, comme étant ultimement réels. [Et] c'est au moyen de la méditation sur les Quatre Nobles Vérités que, au bout du compte, les quatre sortes de résultats sont réalisées.


b) le Véhicule de Ceux Réalisés pour Eux-mêmes

La vue de ceux qui sont entrés dans le véhicule de Ceux Réalisés pour Eux-mêmes est le suivant. Au regard de voir le soi éternel et ainsi de suite qui est postulé par les extrémistes au moyen de la réification et du dénigrement de l'inexistence de l'être, ils sont identiques aux Disciples. La différence réside dans ce qu'ils comprennent les agrégats de la forme et un aspect de l'élément-réalité comme étant dépourvu d'existence intrinsèque. Aussi, au moment d'atteindre le fruit de l'état de Celui Réalisé pour Lui-même, contrairement aux Disciples, ils ne dépendent pas d'un mentor spirituel. [Au contraire] du à la force de leurs habitudes passées, ils réalisent la réalité profonde ultime (dharmata] au moyen des douze liens interdépendants et atteignent le fruit de l'Illumination Pour-Soi.


c) Le Véhicule des Bodhisattvas

La vue de ceux qui sont entrés dans le véhicule des bodhisattvas est comme suit. Tous les phénomènes des classes parfaitement affligés et non-illuminées sont au niveau ultime dépourvus de nature intrinsèque alors qu'au niveau conventionnel ils possèdent leurs caractéristiques individuelles de manière clairement distinctive. Les bodhisattvas aspirent à chercher l'insurpassable illumination, qui est le point culminant de la traversée des dix niveaux et le fruit de la pratique, une par une, des six perfections.


2- L'INDESTRUCTIBLE VÉHICULE DU VAJRAYANA

L'indestructible véhicule [du Vajrayana] a trois classes : (1) le véhicule du Kriva-tantra, (2) le véhicule du Ubhaya-tantra et (3) le véhicule du Yoga-tantra.


1) Le Véhicule du Kriva-tantra

La vue de ceux qui sont entré dans le Kriva-tantra est la suivante. Bien qu'il n'y ait aucune origine et aucune cessation au niveau ultime, au niveau conventionnel on [se] visualise sous la forme d'une déité et on cultive l'image de la déité, les attributs - l'application des mains - et la répétition des mantras sur la base de la force de la mise ensemble des articles rituels nécessaires et d'autres conditions, telles que l'observance de la pureté des lois, l'exécution des rituels les jours et les auspicieuses constellations des étoiles spécifiques et ainsi de suite.


2) Le Véhicule de l'Ubhaya-tantra

La vue de ceux qui sont entrés dans le véhicule de l'Ubhaya-tantra est la suivante. Bien qu'il n'y ait pas d'origine et de cessation au niveau ultime, au niveau conventionnel on [se] visualise sous la forme de la déité. Ceci est cultivé sous la base, à la fois de la pratique de l'absorption méditative dotée de quatre aspects et à la fois sur la base du rituel nécessaire et des conditions.


Le Véhicule du Yoga-tantra

La vue de ceux qui sont entrés dans le véhicule du Yoga-tantra a deux volets : (1) la vue du yoga externe, le tantra des Sages, et (2) la vue du yoga interne, la méthode du mantra.


(1) Le Véhicule du Yoga Externe

La vue de ceux qui sont entrés dans le yoga externe, le tantra des Sages, est la suivante. Ne tenant pas les articles [rituels] externes comme étant de première importance, ils cultivent [leur but] sur la base de l'emphase du yoga de la visualisation des déités mâles et femelles qui sont dépourvues d'origine et de cessation ultime et de la forme du corps de Celui Là Le Noble qui partage une ressemblance avec eux, ce qui est l'absorption méditative dotée des quatre sceaux d'un esprit parfaitement purifié.


(2)Le Véhicule du Yoga Interne

La vue de ceux qui sont entrés dans le véhicule du yoga intérieur, le tantra de la méthode, est en trois parties : (1) le mode de génération, (2) le mode de finalisation, et (3) le mode de la grande finalisation [ou perfection].


1. MODE DE GÉNÉRATION

Le mode de génération est finalisé par les moyens de la pratique méditative de développement progressif des trois absorptions méditatives et la création [progressive] du mandala.


2. MODE DE FINALISATION

Le mode de finalisation se termine en demeurant fermement dans [la visualisation de] les déités mâles et femelles qui sont ultimement dépourvues d'origine et de cessation aussi bien que la voie du milieu de l'étendue ultime, qui est la vérité non-conceptuelle, alors qu'au niveau conventionnel on cultive en [parfaite] équanimité et de façon non-confuse la forme de la Noble déité avec une visualisation claire.


3. LE MODE DE LA GRANDE PERFECTION

Présentation du sens de la Grande Perfection

Le mode de la Grande Perfection consiste à méditer sur la base de la compréhension que tous les phénomènes mondains et supra-mondains sont dépourvus de toute différentiation et de reconnaître qu'ils ont toujours été présent en tant que mandala du corps, de la parole, et de l'esprit.
Il est dit dans le tantra :


Concernant les membres du corps Vajra,
Ils sont connus pour être les cinq Bouddhas.
Les sources et les nombreux éléments,
sont les mandalas des bodhisattvas.
La terre et l'eau sont Locana et Mamaki;
Le feu et levent sont Pandaravasin et Tara;
L'espace est Dhateshvari.
Ainsi les trois mondes sont primordialement purs.


Ainsi tous les phénomènes de l'existence cyclique et du nirvana sont primordialement non-nés mais ont la capacité d'une fonction illusoire parce qu'ils ont toujours été dans la nature des dix Tathagatas et de leurs consœurs. C'est pourquoi tous les phénomènes sont transcendant naturellement le chagrin : Les grands [éléments] sont dans la nature des cinq consœurs; des cinq agrégats, la nature des cinq familles de Bouddha; des quatre consciences, la nature des quatre grands bodhisattvas; des quatre objets, les quatre magnifiques déesses; des quatre sens, les bodhisattvas; des quatre étapes temporelles, les quatre déesses; des organes corporels, les consciences; des champs sensoriels et des gouttes de bodhichitta apparaissant d'eux, les quatre déités courroucées; des quatre extrêmes de l'éternalisme et du nihilisme, les quatre déités femelles courroucées; de la conscience mentale, la nature de Samantabhadra, appelée la bodhichitta indestructible; des objets [des deux] phénomènes conditionnés et non- conditionnés sont de la nature de Samanthabadri qui est le réceptacle [de la création] de [tout] les phénomènes. Tout ceux-ci l'un après l'autre avaient déjà été dans la nature de la parfaite illumination; ils ne l'ont pas acquis maintenant par les moyens de la voie. Ainsi tous les phénomènes - conditionnés et inconditionnés - tels que les dix directions, les trois états temporels, les trois mondes, et tout le reste n'existent pas à part dans notre propre esprit. Il est dit :


La compréhension claire de notre propre esprit -
C'est les Bouddhas et les bodhisattvas;
Cela constitue les trois mondes;
Cela constitue aussi bien les grands éléments.


Ainsi il a été affirmé :


Tous les phénomènes résident dans l'esprit; l'esprit réside dans l'espace, alors que l'espace ne réside nulle part.


Qui plus est :


Tous les phénomènes sont dépourvus de nature intrinsèque; tous les phénomènes sont parfaitement purs depuis le tout début; tous les phénomènes sont parfaitement rayonnants; tous les phénomènes transcendent naturellement le nirvana; tous les phénomènes sont manifestement illuminés.


Ceci [ainsi] est le [sens de] la Grande Perfection. (Le mode de la Grande Perfection signifie la perfection des accumulations de mérites et de sagesse et la réalisation spontanée du but résultant.)


PRÉSENTATION DU MODE DE LA GRANDE PERFECTION

Les quatre compréhensions

La conviction dans ce mode de la Grande Perfection [apparaît] au moyen des quatre compréhensions :
(1) compréhension de l'unicité de la cause, (2) compréhension grâce au mode des syllabes, (3) compréhension grâce aux bénédictions, et (4) compréhension directe.


Comprendre l'unicité de la cause fait référence à ceci : Puisque tous les phénomènes sont non- né au niveau ultime, ils ne sont pas différents [les un des autres]; ils ne sont pas différents en partageant les caractéristiques des illusions au niveau conventionnel; ce qui est lui-même non- né apparaît sous différentes formes illusoires tout comme les réflexions de la lune dans l'eau; puisque l'illusion est dépourvue de nature intrinsèque et est non-née et puisque l'ultime et le conventionnel ne se distinguent pas l'un de l'autre on comprend l'unicité de la cause.


Comprendre grâce au mode des syllabes est comme suit. La nature non-née de tous les phénomènes est AH, qui est la nature de la parole illuminée; que la nature non-née elle-même apparaissant comme une illusion efficace concernant la cause est O, qui est la nature du corps illuminé; et que la conscience qui connait cela, la sagesse illusoire dépourvue de centre et de périphéries, est OM, qui est la nature de l'esprit illuminé.


Comprendre grâce à la bénédiction fait référence à la compréhension que juste comme, par exemple, le pouvoir de changer un morceau de tissu blanc en un morceau rouge réside dans la teinture, le pouvoir de transformer tous les phénomènes en Bouddhas illuminés est obtenu grâce à la compréhension de l'unicité de la cause et [la compréhension du mode] des syllabes. La compréhension directe est, [la compréhension] que la continuité de tous les phénomènes comme étant primordialement parfaitement illuminés n'est pas contradictoire avec [l'intention des] écritures et les instructions quintessencielles et que cela ne dépend pas des mots des écritures et des instructions quintessencielles seuls. Ceci est compris directement lorsqu'on a obtenu la conviction du plus profond de notre esprit par les moyens de notre propre intellect. "Obtenir la conviction grâce à la voie" fait référence à la compréhension du moyen des quatre compréhensions, qui est la voie du yogi. Néanmoins ce n'est pas comme la pratique dans laquelle la cause dépend d'un processus temporel pour que son effet apparaisse; au contraire, on le comprend directement de soi-même grâce à la foi.


Les Trois marques caractéristiques

C'est grâce à [la compréhension des] trois marques caractéristiques que le but sera réalisé avec succès. La compréhension des quatre modes de compréhension est la marque caractéristique du savoir; cultiver constamment la familiarité est la marque de l'engagement; et sa réalisation due à la force de l'habitude est la caractéristique définissant le résultat.


Ces caractéristiques [marquent aussi] présentent les corrélations, le but, et le but ultime. Concernant les "corrélations", cela fait référence à la mise en relation les marques caractéristiques du savoir de la cause - la compréhension de tous les phénomènes étiquetés affaiblis ou illuminés, comme étant, depuis le tout début, l'incarnation du corps, parole, et esprit illuminés en tant que étendue de la bouddhéité naturelle, qui est le sens de la bénédiction - comme étant la cause pour finaliser l'illumination inégalée.


En ce qui concerne le but, c'est la compréhension de tous les phénomènes - ceux qui sont imputés comme étant des facteurs affligés ou des facteurs appartenant à la classe des illuminés - telles les cinq médecines aussi bien que les cinq nectars, et ainsi de suite, à l'intérieure de la grande équanimité de la bouddhéité primordiale, sans [jugement de valeur de] affirmation et de négation. C'est la marque caractéristique de l'engagement et, puisque c'est la cause de la finalisation de l'inégalée bouddhéité, c'est l'objectif.


La raison ultime est comme suit. Etant donné que tous les phénomènes qui sont imputés comme étant de réalités distincts, tels que, les facteurs affaiblis, les facteurs de la classe des illuminés, les cinq médecines, les cinq nectars et ainsi de suite, sont arrivés spontanément dans l'être à l"intérieur de la grande équanimité de la bouddhéité inégalée sans [jugement de valeur de] l'affirmation et la négation, la roue de l'existence elle-même a existé depuis le tout début en tant que nature de l'inégalée bouddhéité, partageant les caractéristiques du nirvana. C'est la raison pour laquelle la marque caractéristique du résultat et la finalisation manifeste de cette roue de l'ornement du corps, parole et esprit inépuisables est l'objectif ultime.


Les quatre branches de la pratique yogique

Pour finaliser cela, on doit s'efforcer dans le yoga qui apporte la réalisation spontanée de l'approximation, presque approximation, atteinte et grande atteinte. "Approximation" fait référence au savoir de l'esprit éveillé, qui est la compréhension que c'est par les moyens de la voie que tous les phénomènes sont réalisés comme étant primordialement de la nature de la Bouddhéité et qu'ils ne peuvent être altérés par les moyens de leurs forces contraires. "Presque approximation" fait référence au savoir de soi-même en tant que déité, qui l'un à la suite de l'autre est la compréhension que parce que tous les phénomènes sont primordialement de la nature de la Bouddhéité soi-même est aussi primordialement de la nature d'une déité et ce n'est pas quelque chose qui a été cultivé maintenant. "Atteinte" fait référence à la génération de la mère? Alors que pour la grande mère, qui sont respectivement [les quatre grands éléments] la terre, l'eau, le feu et le vent. On reconnaît cela à la mère qui est le réceptacle [de la création de tous les phénomènes]. La "grande atteinte" fait référence à la relation de la méthode et de la sagesse, qui est l'union primordiale de la sagesse des cinq grandes consœurs - l'espace des consœurs et la vacuité - avec le père de tous les Bouddhas des cinq agrégats, libre de désir. De cette [union] les gouttes de bodhicitta apparaissent en tant qu'émanations dont la nature est telle qu'à l'intérieur de la vérité de la Bouddhéité primordiale, les illusions jouent avec les illusions. Et à ce moment de félicité du continuum de félicité suprême illusoire on finalise spontanément la vérité du dépourvu-de-signe avec l'espace non objectivé en un courant unique. Les quatre classes de mara sont [ainsi] soumises et on finalise l'objectif final.


La procédure pour pénétrer le mandala de la Grande Perfection

[C'est pratiqué de la façon suivante :] En ce qui concerne l'entrée dans le mandala primordial et inégalé, qui est la demeure céleste indifférenciée qui réalise les vœux, à l'intérieur de laquelle tous les phénomènes sont primordialement purs, entendre les écritures du véhicule de la méthode est l'ouverture de nos yeux. Comprendre le sens [de ces enseignements] est voir le mandala; cultiver sa familiarité qui suit sa compréhension est l'entrée dans le mandala, le rendant réel après y être entré est l'obtention de l'atteinte du grand siddhi. Cette procédure signifie l'étape finale de la Grande Perfection - c'est à dire que l'on arrive spontanément au niveau de la grande accumulation, qui est la roue des syllabes.


La démonstration que ce mode de la Grande Perfection n'est pas souhaitable pour tout le monde

Les personnes possédant d'excellentes facultés mentales comprennent ce qui est primordialement illuminé parce que primordialement illuminé et la familiarité de ce [savoir] s'améliore à l'aide d'étapes solides. Une telle recherche n'est pas faite pour une personne ordinaire. Parce que la personne ordinaire, même si elle contemple, n'aura aucune conviction dans sa vérité et sa profondeur. Concernant l'esprit de la personne ordinaire non convaincue, ayant des difficultés pour le comprendre et pour accepter sa vérité et sa profondeur, il y a danger à penser que cela doit être la même chose pour tout le monde. [On peut alors] dénigrer les personnes excellentes comme étant toutes des menteuses et en conséquence engendrer des pensées pour les réfuter. C'est la raison pour laquelle c'est gardé caché et enseigné en tant que "véhicule secret". Ainsi, jusqu'à l'apparition de l'esprit comprenant la vérité de tous les phénomènes comme étant primordialement illuminés, si on s'engage dans le bien être des autres sur la base des véhicules inférieurs, on n'ébranlera pas les pratiques spirituelles. De nombreux dirent se trouvent [dans les écriture] comme quoi le maître doit être versé dans [le savoir des] défauts de l'existence cyclique, des excellentes qualités du nirvana, autant que dans tous les véhicules, et qu'un maître qui est ignorant de certains aspects [des enseignements] ne doit pas tenir [la position d'un enseignant].


DIFFÉRENCES DANS LES PRATIQUES ASCÉTIQUES ET LES CONDUITES

A cause des différences de vues, des différences existent aussi dans les pratiques ascétiques et les conduites. Ceux dépourvus de pratique ascétique sont les mondains sans réflexion et les nihilistes. Il en existe quatre qui ont des pratiques ascétiques : (1) la pratique acétique mondaine qu'ont les matérialistes et les extrémistes, (2) la pratique ascétique du disciple, (3) la pratique ascétique des bodhisattvas, et (4) l'ascétisme inégalé.

De ceci celui qui ne réfléchit pas est ignorant de la cause et des effets et est ainsi dépourvu de pratique ascétique. Les nihilistes tiennent des vues nihilistes et sont dépourvus de pratique ascétique. Les matérialistes parce qu'ils cherchent les caractéristiques des qualités de cette vie possèdent des pratiques ascétiques, telles que le respect des lois de la pureté et ainsi de suite. Les extrémistes, avec pour but de purifier le moi éternel, s'engagent dans de tels ascétismes qu'ils maltraitent le corps, se maintenant dans les cinq types de feu et ainsi de suite; il s'engagent dans des conduites de façon déformée.


Concernant la pratique ascétique du Disciple, les écritures du Disciple disent :


Ne commet pas de mal;
Engage toi dans les vertus le mieux que tu puisses;
Dompte minutieusement ton propre esprit -
C'est la doctrine du Bouddha.


Ainsi ils voient les facteurs de l'existence, vertueux ou non-vertueux, comme existant séparément et appartenant respectivement aux [catégories des] vérités ultimes et conventionnelles. Ils s'engagent dans la conduite de pratiques des vertus et d'abandonner les non-vertus.


Concernant la pratique ascétique des bodhisattvas, les Vœux de Bodhisattvas disent :


Ne pas utiliser les moyens lorsque les circonstances l'appellent;
Ne pas utiliser les pouvoirs surnaturels, les menaces et ainsi de suite;
Celui qui a de la compassion et à partir d'un amour attentionné,
Ainsi que ceux possédant un esprit vertueux, il n'y a pas de faute [dans ces actes].


Ainsi si c'est soutenu par la grande compassion, quelque soit les actes dans lesquels on est engagé, qu'ils soient vertueux ou non-vertueux, nos vœux de se dégraderont pas. Parce que le vœu de bodhisattva est, en bref, agir en prenant la grande compassion comme base.


Concernant l'ascétisme inégalé, le Soutra de la Grande Promesse dit :


Si on est minutieusement ancré dans le véhicule du Bouddha,
Même si on cède aux afflictions et aux cinq sens,
Tel un lotus [poussant] dans l'eau boueuse,
En soi la moralité reste pure et parfaite.


Puisque tous les phénomènes sont en parfaite équanimité de puis le tout début, il n'y a pas de compassion à cultiver et pas de haine à éliminer. Néanmoins, cela ne signifie pas que la compassion illuminée ne s'élève pas pour ceux qui ne le comprennent pas de cette façon. Juste comme ils comprennent par les moyens de la vue que [tous les phénomènes sont] primordialement purs, ils s'engagent dans les pratiques ascétiques et les comportements avec une pureté profonde.


Cette [instruction] secrète, une guirlande de vues,
Si il existe des personnes qui possèdent des compétences de sagesse et de méthode,
Puissent de tels excellents êtres rencontrer cette [instruction],
Comme l'aveugle qui ouvre ses propres yeux et retrouve la vue.


L'instruction portant le titre de Guirlande de Vues est terminée. Elle a été composée par le grand maître Padmasambhava.


Traduit de l’anglais par Sönam Gyaltsen pour SanghaForum