La Guirlande de Joyaux

Hagiographie résumée du précieux maître d’Oddiyana

(extrait du Zabtig Gongpa Dupa)

Terma d’Apang Terchen (1895-1944/5)

Padmasambhava

(Télécharger le PDF)


En sanskrit : namo guru padmakara ye.
En français : hommage au maître Padmakara.


Merveille !


Du champ pur de Soukhavati, au couchant,
Le dharmakaya du verbe suprême, Amitabha,
Posa un quintuple regard et émit de sa langue des rayons de lumière
Qui descendirent sur le lac de lait, au nord-ouest d’Oddiyana.
Au-dessus du domaine du roi naga Takshaka, une tige de lotus poussa
Et, dans le bouton de celui-ci, le Corps d’émanation apparut spontanément.
Tel est le premier haut fait, celui du « Vajra Né du lac », Tsokyé Dorjé.


Or, le roi Indrabodhi
S’étant rendu au lac pour recueillir des joyaux,
Par la force de ses prières d’aspiration, rencontra le Corps d’émanation.
Il l’invita au pays d’Oddiyana où il subjugua ceux qui devaient l’être.
Ainsi est-il connu sous le nom de « Maître Souverain du lotus », Gourou Péma Gyalpo.


Usant des méthodes habiles de l’ascèse yogique, il partit pour le sud-est.
Dans le charnier de Sitavana, il pratiqua
Et obtint le suprême accomplissement des huit grandes sadhanas.
Ainsi est-il connu sous le nom de « Maître Né du lotus », Gourou Padmakara.


Avec l’intention de convertir au Dharma le royaume de Zahor
Et de prendre la princesse comme consort pour la pratique de longévité,
Il se rendit dans ce pays où il transforma en lac le feu de son bûcher.
Arsadhara lui offrit sa coiffe et sa cape ainsi que son royaume.
Ainsi est-il connu sous le nom de Gourou Padmasambhava.


À Maratika, il atteint le niveau de vidyadhara d’immortalité.
Dans la grotte des asouras, il prit les vœux monastiques
Et, à Bodhgaya, montra les douze hauts faits.
Étant un parfait bouddha, il est connu sous le nom de Shakya Sengué, le « Lion des Shakyas ».


À Tamradvipa comme ailleurs, il subjugua des foules d'hétérodoxes
Par d’habiles méthodes, paisibles ou courroucées.
Détenant le pouvoir, il est connu sous le nom de Gourou Sengué Tradrog, le « Maître au rugissement léonin ».


Adoptant le style des viras parés des glorieux attributs des charniers,
Dans tous les sites sacrés des quatre orients, il pratiqua
Et recueillit le nectar des instructions de nombreux accomplis.
Dans toutes les sciences, sa sagesse connaissante s’épanouit.
Sa sagesse étant sans entrave, il est connu sous le nom de Loden Tchoksé, « Assoiffé de l’intelligence suprême ».


Il convertit au Dharma les êtres des huit régions et,
Ayant atteint la réalisation complète, usa des signes de ses accomplissements et de sa clairvoyance.
Se manifestant en un corps muni des signes et marques, il est connu sous le nom de Nyima Özer, « Rayons de soleil ».


Siégeant au milieu d’une foule océane de mères et dakinis,
Tel fut le suprême érudit et accompli de l’Inde, Padmasambhava.
Lequel, pour subjuguer ceux qui devaient l’être,
Se manifesta physiquement sous huit aspects, [d’où le nom] de Gourou Tsen Gyé.


Extrait de l’hagiographie de Padma intitulée « La guirlande de joyaux »,
Ainsi se termine le premier chapitre, narrant sa venue en Inde.


OM AH HOUNG BENDZA GOUROU PÉMA SIDDHI HOUNG



Merveille !


Ayant songé à subjuguer le royaume de Pretapuri
Et à soumettre la terre mère du royaume périphérique du Tibet
Où Thrisong Détsen, une émanation de Mañjusri, construisait Samyé,
Il se rendit à Nödjin Dzong, la citadelle des yakshas, et plaça sous serment dieux et esprits.
À Sengué Namdzong, à Yangleshö et ailleurs encore,
Il dissipa obstacles et obstructions et assujettit les huit classes [de dieux et esprits],
Dissimula les précieux trésors et propagea la doctrine.


Grâce aux puissantes prières d’aspiration des quatre nobles fils,
Invité au Tibet, il s’y rendit et soumit la terre,
Plaça sous serment les douze tenmas, les vingt-et-un guényens,
Les treize tsélas et encore d’autres maîtres du sol,
Leur assigna un rôle et les fit jurer.
Liés par serment, les neuf frères damsi, les lhogpas, les nagas et d’autres encore
Lui offrirent leur vie et lui firent allégeance.


Il établit les fondations des Trois Joyaux au Tibet
Et, en particulier, délivra les enseignements extraordinaires des mantras secrets.
Il diffusa la doctrine telle une torche brandie dans les ténèbres
Et bénit les lieux de pratique, glaciers, rochers, lacs et montagnes.
Par ses nombreux signes d’accomplissements, il fit naître confiance et dévotion au Tibet.


Il fit apparaître soudainement des Corps manifestés, représentations opportunes de son Corps ;
Il dissimula dix-huit classes de précieux trésors, représentations de son Verbe
Et laissa la section secrète de l’Ati de la réalisation, représentation de son Esprit.
Yéshé Tsogyal collecta ses paroles et les cacha comme termas ;
Le seigneur et ses sujets, de grands accomplis fortunés [aux qualités] indescriptibles, apparurent.
Portant le nom de Gourou Dorjé Drolö,
Il combla toutes les aspirations du roi tibétain.


Extrait de l’hagiographie de Padma intitulée « La guirlande de joyaux »,
Ainsi se termine le deuxième chapitre, narrant sa venue au Tibet.


OM AH HOUNG BENDZA GOUROU PÉMA SIDDHI HOUNG



Merveille !


Ayant songé à soumettre les rakshasas au sud-ouest,
À son pur entourage, comprenant le prince Lhassé et d’autres encore,
Assis sur un précieux trône au col de Goungthang,
Il enseigna les souffrances du samsara dans les six types d’existence.


« Pratiquez le yoga du maître qui infuse les bénédictions et
Méditez à tout moment sur moi-même, Padma ;
Récitez continûment le mantra quintessenciel, le Gourou Siddhi ;
Où que vous naîtrez dans les six mondes, je vous guiderai.
Pour ceux qui ont la foi, je ne pars nulle part, je reste à leurs côtés.
Invoquez-moi et mes bénédictions vous pénètreront toujours. »
Ainsi s’exprima-t-il. [Siégeant] sur un nuage bleuté, suprême coursier,
Accompagné d’une fraîche ondée d’ambroisie et de rayons de lumière irisée,
Des quatre classes de dakinis à cheval ou à pied
Et des quatre types de viras faisant retentir leurs musiques,
Il partit au pays des rakshasas, sur l’île de Shamara.


Extrait de l’hagiographie de Padma intitulée « La guirlande de joyaux »,
Ainsi se termine le troisième chapitre, narrant son départ pour le pays des rakshasas.


OM AH HOUNG BENDZA GOUROU PÉMA SIDDHI HOUNG



Merveille !


Yéshé Tsogyal, à la mémoire infaillible,
Et le fortuné prince Lhassé Mouthri Tsenpo,
Pour le bien des générations futures,
Ont écrit cette hagiographie de Padma, « La Guirlande de joyaux »,
Comme on extrairait une goutte d’eau de l’océan.


Puisse-t-elle rencontrer les êtres chanceux au bon karma !


Que celles et ceux liés [à Padma] soient guidés vers le champ de la Délivrance !


Samaya. Triple sceau. Sceau du trésor. Sceau du dissimulé. Sceau du mandat. Guhya. Dathim.


À la requête de l’excellent disciple Rigsang, qui l’avait accompagnée d’une écharpe de soie, ce texte a été correctement décodé d’un terma de Chöying Dorjé (Apang Tertön), par Gyourmé Thinlé. Vertu !


Traduit du tibétain par Jean-François Buliard (Tsering Thondup)