L'entraînement de l'esprit en huit stances

par Guéshé Langri Thangpa

Langri Thangpa

Hommage aux maîtres sublimes.


-1-
DAK NI SEM TCHEN T'AM TCHÉ LA
Tous les êtres vivants me sont plus précieux

YI SHIN NOR BOU LÉ L'AK PAI
Que le joyau exauçant les souhaits.

DEUN TCHOK DROUB PAI SAM PA YI
Avec la pensée d’accomplir leur bien suprême,

TAK TOU TCHÉ PAR DZIN PAR SHO
Puissé-je toujours les chérir en mon cœur !


-2-
KANG DOU SOU DANG DROG PAI TSÉ
Puissé-je, en toute compagnie,

DAK NYI KUN LÉ MEN TA SHING
Me considérer comme inférieur à tous

SHEN LA SAM PA T'AG PA YI
Et, nourri d’une telle pensée,

TCHOK TOU TCHÉ PAR DZIN PAR SHO
Chérir autrui pour sa suprématie !


-3-
TCHEU LAM KUN TOU RANG GYU LA
Observant mon esprit en toute activité,

TOK TCHING NYEUN MONG KYÉ MA T'AK
Sitôt qu’y apparaît quelque facteur afflictif

DAK SHEN MA ROUNG TCHÉ PÉ NA
Menaçant les autres ou moi-même,

TSEN T'AP DONG NÉ DOK PAR SHO
Puissé-je le contrer avec force !


-4-
RANG SHIN NGEN PAI SEM TCHEN LA
Lorsque je vois un être d’un naturel mauvais

DIG DOUK DRAG PEU NEUN T'ONG TSÉ
Oppressé par ses fautes et ses tourments,

RIN TCHEN TER DANG T'RÉ PA SHIN
Puissé-je le chérir, cet être aussi rare et précieux

NYÉ PAR KA WÉ TCHÉ DZIN SHO
Qu'un trésor de joyaux !


-5-
DAK LA SHEN GYI T'RA DOG KI
Quand autrui, par jalousie

SHÉ KOUR LA SOK MI RIG PAI
Et sans raison, me calomnie,

GYONG K'A RANG KI LEN PA DANG
Puissé-je prendre sur moi la défaite

GYEL K'A SHEN LA BUL WAR SHO
Et lui offrir la victoire !


-6-
KANG LA DAG KI PEN TAK PAI
Si la personne que j’ai aidée

RÉ WA TCHÉ WA KANG SHIG KI
Et en qui j’ai placé de grands espoirs,

SHIN TOU MI RIK NEU TCHÉ NANG
Contre toute attente, se retourne contre moi,

SHÉ NYEN DAM PAR TA WAR SHO
Puissé-je la voir comme un véritable ami spirituel !


-7-
DOR NA NGEU DANG GYU PA YI
En bref, directement ou indirectement,

P'EN DÉ MA NAM KUN LA BUL
J’offrirai bienfaits et bonheur à toutes mes mères les êtres

MA YI NEU DANG DOUG NGEL KUN
Et j’assumerai secrètement

SANG WÉ DAK LA LEN PAR SHO
Les maux qu’ils infligent et subissent !


-8-
DÉ DAG KUN KYANG TCHEU GYÉ KYI
Puisse tout ceci ne pas être souillé

TOK PAI DRI MÉ MA PAG PAR
Par les pensées liées aux huit soucis du monde.

TCHEU NAM GYOU MAR SHÉ PA YI
Reconnaissant tous les phénomènes comme étant illusoires,

SHEN MÉ TCHING WA LÉ DREUL SHO
Puissions-nous être sans attachement et libres de tout lien !



*********************************


Tous les êtres vivants me sont plus précieux
Que le joyau exauçant les souhaits.
Avec la pensée d’accomplir leur bien suprême,
Puissé-je toujours les chérir en mon cœur !


Puissé-je, en toute compagnie,
Me considérer comme inférieur à tous
Et, nourri d’une telle pensée,
Chérir autrui pour sa suprématie !


Observant mon esprit en toute activité,
Sitôt qu’y apparaît quelque facteur afflictif
Menaçant les autres ou moi-même,
Puissé-je le contrer avec force !


Lorsque je vois un être d’un naturel mauvais
Oppressé par ses fautes et ses tourments,
Puissé-je le chérir, cet être aussi rare et précieux
Qu'un trésor de joyaux !


Quand autrui, par jalousie
Et sans raison, me calomnie,
Puissé-je prendre sur moi la défaite
Et lui offrir la victoire !


Si la personne que j’ai aidée
Et en qui j’ai placé de grands espoirs,
Contre toute attente, se retourne contre moi,
Puissé-je la voir comme un véritable ami spirituel !


En bref, directement ou indirectement,
J’offrirai bienfaits et bonheur à toutes mes mères les êtres
Et j’assumerai secrètement
Les maux qu’ils infligent et subissent !


Puisse tout ceci ne pas être souillé
Par les pensées liées aux huit soucis du monde.
Reconnaissant tous les phénomènes comme étant illusoires,
Puissions-nous être sans attachement et libres de tout lien !

Cette traduction est basée sur l’excellente version déjà réalisée par le comité Padmakara, à laquelle ont été apportées quelques modifications effectuées par Tsering Thondup sur la base de l'original tibétain.



*********************************


(Autre traduction)


Avec la volonté d'apporter
Le plus grand bien-être à tous les êtres sensibles
Qui possèdent la qualité même du "Joyau-qui-exauce-les-voeux",
Puisse-je, à chaque instant, les tenir comme les êtres à chérir!


Dans toutes mes relations avec les autres,
Puisse-je dire me considérer comme le plus humble de tous,
Et les considérer comme la valeur suprême.
Que cette pensée soit au plus profond de mon coeur!


Dans chaque action, puisse-je sonder mon esprit
Et aussitôt que le klésa se présente
Mettant ainsi en danger moi-même et les autres,
Puisse-je l'affronter avec fermeté et le détourner!


Lorsque j'aperçois des êtres de mauvaise nature
Accablés par de violentes afflictions,
Puisse-je les chérir comme des êtres aussi précieux
Que si j'avais découvert un rare trésor!


Lorsque les autres, par accès de jalousie,
Me traitent de façon abusive,
Me calomnient ou agissent de la sorte,
Puisse-je supporter la défaite et leur accorder la victoire!


Lorsque celui auquel
J'ai accordé le plus grand bienfait
Avec la meilleure intention m'afflige, me peine,
Puisse-je le vénérer comme mon Maître suprême!


En somme, que j'offre,
D'une façon directe ou indirecte,
Tout bénéfice et tout bonheur à l'ensemble de mes mères,
Et que je prenne discrètement sur moi leur malheur et leur souffrance!


Que toutes mes actions demeurent pures,
Sans être souillées par les huit intérêts mondains.
Puisque je me rends compte que les phénomènes sont illusoires,
Que je sois détavhé et donc libéré de la chaîne su Samsara!