Nyala Pema Duddul

Nyala Pema Duddul

Texte Disponible:

Signes que les Pratiques des Préliminaires Communs ont Pénétré l’Esprit


Biographie

Nyala Pema Duddul naquit le dixième jour du neuvième mois de l'année Souris-Feu (1816) à rGyal Nya Than dans la région du bDe gLong, dans la partie Est Tibet Nyarong.

Son père, Khang brTsegs mGonpo, descendait de la famille sTag bLa, qui fut considérablement importante dans cette région. Sa mère, bSonam sKyid, était originaire de la famille gSer bSzang.

Immédiatement après sa naissance, son oncle paternel, Lama Kun lZang, lui donna le nom de bKra' shis sTondrub. Il commença a apprendre à lire et à écrire avec un lama appelé Padma à l'âge de sept ans. Il fut reconnu par tout son entourage comme un enfant précoce. À l'âge de neuf ans, il reçut des enseignements et initiations de rGyal sras rDo rje Chos dbang, un lama important invité par son oncle. Ce lama prophétisa que l'enfant diffuserait les enseignements et serait d'un grand bénéfice pour les êtres.

Le père de bKras' shis sTong sgrub mourut à cette époque. Selon la coutume tibétaine, la famille fit de grandes donations pour lui garantir une bonne renaissance. Cela épuisa complètement la fortune de la famille.

Après cela, la soeur de son père, Po rDzogs, chassa bTra'shi sTon sgrub, sa mère, et ses deux jeunes frères de leur maison. Ils furent forcés de vivre dans l'écurie. Tout ce qu'il leur restait de leur héritage paternel fut quelques animaux, qui furent progressivement dérobés par des voleurs. Leur vie devint rapidement extrèmement misérable.

Le frère cadet fut incapable de survivre dans ces conditions et mourut rapidement. bKra' shis sTon sgrub essaya de subvenir aux besoins de sa mère et de son frère en travaillant comme assistant d'un berger local. En dépit de ses efforts, son jeune frère mourut de faim après quelques années. Ainsi passa son enfance, de dénuements en séries de tragédies, jusqu'à ce qu'il ait quinze ans.

À cette époque, son oncle paternel, le grand terton Rigdzin 'Gro 'dul 'Öd gsal rDo rje (Rigdzin Drodul Ösal Dordje), donna une série d'enseignements de Tara qu'il avait découvert de lui-même. Il le désigna comme guardien de ces enseignements.

En ce temps là, il expérimenta une sorte de réveil, et il fut soudainement capable d'accomplir de nombreuses choses qu'il était précédemment incapable de faire et que personne ne lui avait jamais appris. Il fut spontanément capable d'accomplir des rituels et en connaissait toutes les préparations appropriées. Il savait comment jouer des instruments, sculpter des mantras sur les rochers, et connaissait les arts de la métallurgie et de la charpenterie. Avec toutes ces compétences, il fut capable de résoudre ses problèmes économiques en peu de temps et de garantir une meilleure vie pour sa mère.

À l'âge de dix-huit ans, il eut un rêve qui affecta profondément le reste de sa vie. Une nuit, il rêva des enfers, et voyant la souffrance des êtres, le coeur empli de douleur, il pria pour leur salut. À ce moment, son oncle, Drodul Ösal Dorje, apparut sous la forme d'Avalokiteshvara, et prophétisa que s'il pratiquait le Jo (la Roue de la Vie et Avalokiteshavara), il serait d'un grand bénéfice pour d'innombrable êtres.

Padma Duddul, à la suite de ce rêve, construisit une roue, et commença à voyager de ville en ville avec son ami dsTan 'Dzin (Tendzin).

À l'âge de vingt et un ans, il rencontra son maître mDo mDo mKhyen brtse Ye shes rDo rje et reçut de lui les plus hauts enseignements du Dzogchen, appelés kLong chen nNying Thig. Un peu plus tard, après avoir reçu des enseignements de son oncle le terton, il reçut des enseignements des maîtres Khro rGyalsras sKal bzang ldc'u btsan, da dZa ka bLa ma dBang Chen Rab brTan, et de bla ma 'Gyur Med rGya mTsho. Il eut aussi des contacts avec des maîtres des monastères de Saskya, Ngor pa, Ka thog, et rDzogs Chen.

À l'âge de vingt cinq ans, il reçut des enseignements de kLong chen snying thig du grand éveillé Padma 'gyur med Sangs rgyes (Pema Gyurme Sangye). Ce fut ce maître qui lui donna le nom Padma bDud 'dul.

Dans l'année Souris-Fer (1840), il eut une vision importante. Cinq dakinis lui offrirent des morceaux de papier avec ces couleurs respectives: bleu, blanc, vert, rouge, et jaune, où étaient inscites des lettres symboliques par lesquelles le terton pouvait décrypter les termas.


Dans l'année Cheval-Souris (1846), il alla voir le Maha Siddha de Tso Phu, 'Gyur med Chos dying Rang gröl (Gyurme Chosying Rangdröl), et il reçut de nombreux enseignements du Dzogchen à la fois par transmissions orales et par termas. À travers ceci, il pénétra le vrai sens de la pratique.

Dans l'année Souris-Eau (1852), alors qu'il était au pied du rocher Lhang-Lhang, il reçut une liste de termas de Padmasambhava qu'il obtiendrait plus tard.

Dans l'année du Taureau-Eau (1853), les gens du Nyag Khog, à la fois moines et laïcs, se réunirent dans un endroit calme et tranquille nommé sBals chags. Ils invitèrent la réincarnation de Khrom dGe sKul mdum. Padma 'Duddul y alla aussi, et reçut en particuler les enseignements Dzogchen essentiels connus comme Yangti Nagpo gSer gyi 'Bru gCig pa (L'Unique Mot Doré du Suprême Yoga de l'Obscurité). Il révéla les enseignements du Mahamoudra et du Dzogchen de kLong gsal. À partir de ce moment il fit des retraites dans l'obscurité.

Il resta en retraite pendant six années successives dans une petite grotte qui était à la base d'un endroit connu comme l'Endroit Secret du Rocher Orné de Pierres Précieuses. Il y écrivit les instructions symboliques qui lui furent données par la Dakini l'année Souris-Fer (1840) et les pratiqua.

Pendant les trois premières années, il but seulement un peu d'eau d'une tasse en crâne et une pilule par jour. Les trois années suivantes, il se sustint de substances médicinales et de miel en quantité infime.

À différentes périodes de sa vie, il rencontra différents maîtres comme le lama de 'Od dong, Shes rab rgyal mtshan, le maître de rDza dPal sprul Rin po che (né en 1808), le maître Dzogchen Mi 'gyur Nam mKhai'i rDorje (1772-1838), le Yogi Kun bzang 'Jigs med, Sa kye pa Phyogs kyi gLang po, l'abbé Shes rab mThar phyin du monastère Dzog Chen, le Ras pa rNam grol rDo rje, desquels il reçut des enseignements d'écoles et de traditions variées.

Padma 'Duddul découvrit de nombreux termas, parmi lesquels le plus célèbre fut Zabs chos mkha' khyab rang grol (Les Enseignements Précieux de l'Auto-Libération Universelle). Il enseigna à de nombreux disciples, hommes et femmes, et beaucoup d'entre eux parvinrent au même niveau de connaissance. Parmi ses élèves furent: A 'dzoms 'Prug pa 'Gro 'dul dPa' rDo rje (1842-1924), rTogs ldan Rang Rig rDo rje, Rig 'dzin Byang Chub rDo rje, le terton Rig pa'i dRo rje, mkha' 'groma rDo rje dPaldron (aussi connu comme Ayu Khadro), 'KKrul zhig Sems nyid rDo rje rNyal 'byorma od gsal gRang mo, rNyal 'byor Kun nzang mTha' yas, Rig 'dzin Thugs mchog rDo rje.

Le monastère de sKal bZang et un temple furent construits avec une statue et toutes les choses nécessaires, dans un endroit appartenant à son oncle. Il fonda aussi un monastère appelé gSangs sNgags bDe chen Chos gling et un couvent appelé mTsho rGyal dgon a Zar dans la région de Nyarong. De cette façon, directement ou indirectement, il bénéficia à de nombreux êtres. Dans l'années Singe-Eau (1872), à la nouvelle lune du sixième mois, Padma 'Dud 'dul était dans sa tente entouré de ses disciples. Après leur avoir donné de nombreux enseignements et conseils, il leur dit de le sceller sa tente, de le laisser là, et de ne pas revenir pendant sept jours. Ils lui obéirent, bien qu'ils furent inquiets. Au matin du huitième jour, la porte de la tente fut ouverte devant tous les disciples, et les seules traces du maître restantes furents ses ongles, ses cheveux, et sa robe. Son corps physique avait complètement disparu. Aussitôt que ses disciples l'invoquèrent, il apparut devant eux en arc-en-ciel.


Cette brève biographie est basée sur la biographie de Nyala Pema Duddul écrite par son disciple Yeshes rDo rje. Elle est intitulée rJe bLa ma ‘Krul zhig byang chub glingpa’i rnam thar skal lxang dga’ba’i bdud rtsi’i sprin tshogs. Namkhai Norbu Rinpoché obtint des informations supplémentaires de son maître mkha’ ‘gro rDo rje dPal ldan et de son maître Byang Chub rDo rje, qui firent partie de ses premiers disciples.


(source: Tara Mandala - Traduit par Pháp Thân )