Langri Thangpa

Langri Thangpa

Texte Disponible:

L'entraînement de l'esprit en huit stances


Biographie

Né au Tibet central, Langri Thangpa Dorjé Sengué (1054-1123) avait étudié auprès de Guéshé Potowa, celui-ci étant lui-même l’un des trois grands disciples de Dromteunpa, fils de cœur du seigneur Atisha (983-1054) et initiateur principal de la lignée kadampa.

À l’image de tous les grands maîtres de cette tradition, Langri Thangpa était connu pour l’humilité de son comportement et la rigueur de sa discipline spirituelle. Complètement détaché des huit préoccupations du monde, il était le témoignage vivant de l’entraînement de l’esprit porté à la perfection. Vivant extérieurement comme un vagabond, il savait comment utiliser toutes les situations pour approfondir la pratique spirituelle et son cœur était animé d’un authentique esprit d’éveil qui ne laissait aucune place aux pensées égocentriques.

Il vivait cette compassion de manière si intense que son visage ne souriait jamais. Ce n’était en rien un signe de dépression mais bien plutôt celui d’un esprit imprégné de la compréhension que le samsara est souffrance par nature. Toutefois, les gens ne voyant que l’apparence des choses, cela finit par lui valoir le sobriquet de "visage morose". Mais, malgré son apparence austère, la réputation de noblesse de Langri Thangpa attirait à lui de nombreuses offrandes qu’il s’empressait de remettre à son maître et à la communauté de ses disciples.

Juste avant la mort de Guéshé Potowa, Langri Thangpa lui promit de donner tout ce qu’il pourrait gagner en termes de possessions matérielles et de ne jamais rester longtemps au même endroit. Il utilisa ainsi la générosité de ses bienfaiteurs pour venir en aide aux déshérités et pour construire le monastère de Langri qui compta jusqu’à deux mille moines.

La puissance de sa bodhicitta lui permettait de protéger autrui des dangers, de soigner les malades et de faire régner l’harmonie partout où il passait. Par ailleurs, il composa le Lodjong Tsik Gyéma ou "Entraînement de l’esprit en huit stances" et si ce petit texte d’instructions spirituelles reste de nos jours encore aussi largement enseigné et pratiqué, voilà un témoignage supplémentaire du merveilleux esprit d’éveil de Langri Thangpa, le noble guéshé kadampa.


(source: Fleurs du Dharma)