17ème Gyalwang Karmapa

17ème Gyalwang Karmapa

Textes Disponibles:

Poème d'exil

108 choses sur la protection de l'environnement


Biographie

Orgyen Trinley Dorjé est né le 26 juin 1985 dans une famille de nomades du Kham (Sud-Est du Tibet), de Karma Döndrub Tashi et de sa femme Loga. Tout comme ses prédécesseurs, le 16e Karmapa avait laissé une lettre prédisant sa réincarnation, qui fut trouvée en 1992 dans une amulette qu'il avait remise à Taï Sitou Rinpoché. En 1992, Orgyen Trinley Dorjé fut découvert par une équipe envoyée au Tibet par Taï Sitou Rinpoché.

Le 7 juin 1992, le 14e Dalaï Lama reconnut officiellement Orgyen Trinley Dorjé comme le 17e Karmapa. Le 27 juin 1992 Orgyen Trinley Dorjé fut conduit au monastère de Tsourphou, siège traditionnel des Karmapas, près de Lhassa et le 27 septembre de cette même année, il y fut intronisé par Taï Sitou Rinpoché et Gyaltsab Rinpoché. Numéro 3 dans la hiérarchie religieuse tibétaine avec le Dalaï Lama et le Panchen Lama, le 17e Karmapa est le seul Lama réincarné à avoir été reconnu à la fois par le Dalaï Lama et le Gouvernement chinois. Cependant, au fil du temps, les lourdes contraintes imposées par l’administration chinoise se révélèrent un obstacle majeur à sa formation.

Aussi, à 14 ans, prit-il la décision courageuse de fuir son pays. Le 17e Karmapa a planifié son évasion du Tibet contrôlé par la Chine. Sa résolution est devenue plus ferme alors qu'il n'était pas autorisé à voir son tuteur, Taï Sitou Rinpoché, et qu'en 1998 une tentative de meurtre sur sa personne soit suggérée après la découverte de deux intrus chinois au monastère de Tsourphou. Le 28 décembre 1999, avec quelques compagnons choisis, il entreprit courageusement la traversée de l’Himalaya qui, au prix de bien de difficultés et de dangers, allait le mener jusqu’à la résidence du Dalaï Lama à Dharamsala dans le nord de l'Inde. A l’arrivée du 17e Karmapa, le 5 janvier 2000, le Dalaï Lama a déclaré qu' "il n'y avait aucune autre alternative"; il a ajouté "Je pense que le jour de notre retour avec un certain degré de liberté au Tibet viendra. Je pense que je réaliserai cela durant ma vie". Le 17e Karmapa a exprimé son souhait de rester en Inde. Il a notamment déclaré "l'Enseignement Bouddhiste le plus important est la compassion, mais pour essayer de le pratiquer, on doit être libre". Il souhaite qu'avec l'inspiration du Dalaï Lama, "l’ensemble du peuple du Tibet sera bientôt en mesure de gagner sa liberté". Tashi Wangdi, Ministre de la Religion et de la Culture du Gouvernement tibétain en exil avait expliqué que le 17e Karmapa était très inquiet de l'érosion de la culture tibétaine à Lhassa : "il veut vraiment travailler au développement culturel et religieux du peuple, mais est très inquiet par la répression concernant les activités religieuses et la dilution délibérée de la culture tibétaine par les autorités". La plupart des grands maîtres du Bouddhisme tibétain ont été contraints de s'exiler du Tibet du fait de l'absence de liberté et de la politique totalitaire qui y prévaut, comme nous l'a rappelé l'évasion du 17e Karmapa à la veille de l'an 2000.

En Inde, le 17e Karmapa a trouvé refuge et, depuis, il reçoit les Enseignements des Grands Maîtres Tibétains exilés en Inde. Il reçoit la visite de disciples du monde entier, donne des enseignements, écrit des poèmes... En 2008, il réside toujours au monastère de Gyuto à Sidhbari près de Dharamsala où il soutient de nombreuses œuvres et de nombreux projets dont notamment la construction d'un hôpital.

Le 17e Karmapa s'est rendu aux États-Unis entre mai et juin 2008. Ce fut sa première visite à l’étranger depuis son arrivée en Inde en 2000. Il s'est rendu à New York, Karma Triyana Dharmachakra, New Jersey, Boulder (Colorado) puis à Seattle (État de Washington).

En juillet 2008, le 17e Karmapa a souhaité visiter des monastères situés dans le Lahaul et Spiti (Himachal Pradesh), et au Ladakh (Jammu-et-Cachemire). Le Gouvernement indien n'a accordé sa permission qu'en septembre en raison des jeux olympiques de Pékin en été.

Réfugié politique et exilé à Sidhbari près de Dharamsala en Inde, il vit dans le monastère de Gyuto.


Visite aux USA en 2008

En visite aux États-Unis, le Karmapa a annoncé qu’il souhaite passer 2 mois par an pour enseigner dans la communauté bouddhiste dans ce pays, montrant l’importance qu’il lui accorde. Le Karmapa a déclaré "Mon travail ne sera pas conduit seulement dans les autres communautés bouddhistes, mais aura pour objectif d’aider tout le monde." Il s’est aussi exprimé sur la situation au Tibet, marquée par les Troubles au Tibet en 2008, affirmant qu’elle a atteint un état d’urgence. A Ground Zero au World Trade Center Tribute Center, il y a écrit sur le livre d’or « Par des cœurs pacifiques, des sentiments pacifiques et une intelligence pacifique, puisse ce monde réellement passer de l’ombre à la lumière ».

Selon Robert Thurman, la Chine croit que "quand le Dalai Lama sera parti, les gens oublieront le Tibet. Ceci (cette visite aux USA) aide à montrer que cela ne sera pas le cas."


Visite en Europe annulée

Le prince Charles souhaitait rencontrer Ogyen Trinley Dorjé lors de sa visite en Europe en juin 2010, qui inclura l’Allemagne, la France, et le Royaume-Uni. La visite a été annulée car les autorités indiennes ne lui ont pas accordé de permis de voyager, peut-être sous pression de la Chine. Le 28 mai 2010, le jour de Saga Dawa selon le calendrier de Tsourphou, le 17e Karmapa a donné un enseignement en webcast. Le journal L'Express est allé l'interviewver en Inde.

Une autre visite, prévue à Lausanne (11 et 12 septembre 2010) et à Bâle (18 et 19 septembre 2010) en Suisse, a été également annulée.


Visite aux USA annulée en 2010

Comme l’explique Claude Arpi, sans que l’on en comprenne la raison, une fois de plus, les autorités indiennes n’ont pas accordé à Ogyen Trinley Dorjé de permis de voyager aux Etats-Unis en juillet 2010.

« Le Karmapa devait assister à des séances de prière organisées par le centre de Karma Triyana Dharmachakra à Woodstock, New York, mais les autorités indiennes ont refusé de lui accorder la permission nécessaire à cette visite, » a déclaré le secrétaire du Karmapa Gompo Tsering. « Nous ne comprenons pas pourquoi les restrictions ont été imposées sur ses mouvements car cette visite était purement religieuse ».


Lettre de prédiction du 16e Karmapa

La lettre poétique de prédiction du 16e Karmapa comporte des indications qui permirent la découverte au Tibet de sa réincarnation. En voici une traduction :

« Merveille ! La connaissance aperceptive est félicité continuelle.
C´est la sphère ultime de la réalité sans centre, ni périphérie.
Au nord d´ici, à l´est des montagnes enneigées se trouve le pays où flamboie spontanément le tonnerre divin.
Dans la région des nomades, embellie par le signe de la vache qui exauce les désirs.
La méthode est Dondrup et la sagesse est LoLaGa.
Né dans l´année de celui qui est employé à la terre sous le son miraculeux et portant très loin de la blanche conque, il est renommé pour être le Karmapa.
Pris en charge par le seigneur Deun Yeun Droub La, sans sectarisme, il pénètre toutes les directions.
Il est le protecteur impartial des êtres, il est le soleil des enseignements des Vainqueurs qui flamboie continuellement pour le bien d´autrui. »


La prophétie de Chogyur Lingpa

Un grand Tertön, Chogyur Lingpa, visitant le monastère de Karma à Nagchen à l´Est du Tibet, eut de Padmasambhava la vision prophétique des 21 incarnations du Karmapa. Voici comment il décrit sa vision du 17e Karmapa :

« Sous un arbre verdoyant sur une montagne rocheuse Se trouve la dix-septième incarnation du Karmapa en compagnie de Kèntin Tai Sitou. Par la fusion de leurs esprits en un seul, L’arbre des enseignements du Bouddha Fleurira et portera des fruits abondants, L’essence véritable des transmissions de Gampopa. »

Si Orgyen Trinley Dorje a pu rencontrer Taï Sitou Rinpoché au Tibet, il est à remarquer que dans cette description, le paysage s'apparente au monastère Shérab Ling, siège de Taï Sitou Rinpoché en Inde.


La prophétie du 5e Karmapa, Deshin Shekpa

Une prophétie du 5e Karmapa décrit les difficultés qui surviendront entre la 16e et la 17e incarnation du Karmapa.


Centres Bouddhistes liés au 17e Karmapa Orgyen Trinley Dorje

En France, les centres bouddhistes fondés par Kalou Rinpoché dans les années 1980 sont liés à Orgyen Trinley Dorje. C'est par exemple le cas de Kagyu-Dzong à Paris, de Vajradhara-Ling en Normandie, du Temple des mille Bouddhas (Dashang Kagyu Ling) en Bourgogne, de Karmaling en Savoie, de Kagyu Rintchen Tcheu Ling à Montpellier et du Jardin du Dharma très bon près d'Aix-en-Provence. C'est aussi le cas de très nombreux autres centres de par le monde, comme Dag Shang Kagyu en Espagne.


Reconnaissance du 17e Karmapa Orgyen Trinley Dorje

Kalou Rinpoché, Thrangu Rinpoché, Bokar Rinpoché sont quelques uns des autres hauts Lama ayant reconnu Orgyen Trinley Dorje comme étant le 17e Karmapa. Tenga Rinpoché lui a notamment rendu visite à Tsourphou, au Tibet, en 1993.


Instructions sur le végétarisme et la protection de l'environnement

Le 14e Dalaï-Lama et le 17e Karmapa Orgyen Trinley Dorje, ont donné en 2007 et 2008 des instructions sur les bienfaits de ne pas manger de viande afin de ne pas faire souffrir les animaux. Suivant ces conseils, les Tibétains modifient profondément leurs habitudes alimentaires et deviennent de plus en plus végétariens, et dans la Région autonome du Tibet, ainsi que dans le Kham, et l'Amdo, des restaurants végétariens s'ouvrent.

Le 22 avril 2009, le Jour de la Terre, Orgyen Trinley Dorje a donné 108 instructions pour protéger l'environnement, estimant que le monde faisait face à une crise environnementale complexe.

Le Karmapa a inauguré la 2e conférence des centres Kagyu qui s’est tenue du 3 au 8 octobre 2009 au monastère de Gyuto à Sidhbari près de Dharamsala. Il a notamment déclaré « Les gens se sont comportés de façon irréfléchie et ont négligé les dommages qu’ils créent à l'environnement pendant trop longtemps. Si cela continue, il y a un grand risque qu’il soit trop tard pour faire quoique ce soit. »


Successeur du Dalaï Lama ?

Des Tibétains ont suggéré que le 17e Karmapa, Orgyen Trinley Dorje, pourrait à l'avenir remplacer le 14e Dalaï Lama s'il prenait sa retraite en tant que chef du gouvernement tibétain en exil.

Interrogé en mars 2009 sur la possibilité qu’il puisse succéder au Dalaï Lama, Orgyen Trinley Dorjé a déclaré : « Si l’occasion m’en est donnée, je ferai de mon mieux », ajoutant : « le Dalaï Lama a été très efficace pour établir les fondations de la lutte des Tibétains en exil. C'est à la génération suivante de construire sur ces bases et d’aller de l’avant. »

En juin 2010, il a déclaré : « le dalaï-lama me conseille de rester soigneusement à l'écart des questions politiques. Dans ma position, la seule chose qui m'importe est d'aider au maintien de l'héritage culturel et religieux du peuple. Comme individu et comme Tibétain, ma priorité est la condition de mes frères humains, tibétains ou non. Je n'aspire pas à une autre position ou à un autre statut que ceux que j'occupe aujourd'hui. »


Ouvrages

- Le futur c'est maintenant, conseils pour l'avénement d'un monde meilleur, traduit de l'anglais par Tancrède Montmartel et Lama Cheuky Sèngué, Claire lumière, 2010.

- Les routes de la compassion, Claire lumière, 2010.


Site Internet

Site Officiel


(source: Wikipedia)