Dudjom Rinpoché

Dudjom Rinpoché

Textes Disponibles:

La Vue Dzogchen des Ngöndro Tantriques

Extraction de la Quintessence de l'Accomplissement

Le miroir montrant avec clarté ce qui est à adopter et à abandonner

Courte Prière pour augmenter le cheval de vent


Biographie

Sa Sainteté Dudjom Rinpoche, Jigdral Yeshe Dorje, fut un des yogis, érudits, et maîtres de méditation les plus remarquables des derniers temps, qui inspira non seulement une crainte révérencielle à ceux qui l'ont rencontré, mais aussi de la dévotion et une affection profonde. Après la fuite des Tibétains en exil, ce fut Dudjom Rinpoche qui fut le premier maître à qui l'on accorda le titre de Chef Suprême de l'école Nyingma du bouddhisme tibétain, la 'plus ancienne école' introduite au Tibet par Guru Padmasambhava au VIIIème siècle.

Dudjom Rinpoche est né en 1904 dans une noble famille de la province tibétaine Pemakö du sud-est, qui est l'une des quatre 'terres cachées' de Padmasambhava. Il fut reconnu comme l'incarnation de Dudjom Lingpa (1835-1904), un célèbre tertön ou découvreur de 'trésors' cachés (terma), particulièrement ceux liés à la pratique de Vajrakilaya. Dudjom Lingpa avait eu l'intention de visiter le Sud du Tibet pour révéler la terre sacrée de Pemakö, mais comme il en fut incapable, il prédit que son successeur naîtrait là-bas et le révélerait lui-même.

Dans sa jeunesse, Dudjom Rinpoché étudia avec quelques uns des plus remarquables maîtres de son temps. Il commença à étudier avec Khenpo ten à Pemakö, avant d'aller à quelques unes des grandes universités monastiques du Tibet Central — comme Mindroling, Dorje Drak et Tarjé Tingpoling — et de l'Est du Tibet comme Kathok et Dzogchen. Mais c'est à Mindroling qu'il retourna pour parfaire sa compréhension de la tradition Nyingma. Parmi ses nombreux maîtres, les principaux furent Phungong Tulku Gyurme Ngedön Wangpo, Jedrung Trinlé Jampa Jungné, Khenchen Jampal Dewé Nyima et Minling Dordzin Namdrol Gyatso.

Le domaine principal de l'activité de Dudjom Rinpoché fut le Tibet Central, où il maintint la tradition Mindroling, et spécialement à Pema Chöling et ses autres endroits dans les régions Kongpo et Puwo du Sud du Tibet. Il devint célèbre dans tout le Tibet pour la profondeur de ses réalisations et de son accomplissement spirituel, ainsi que pour son incomparable érudition.

Seul à avoir reçu la transmission de tous les enseignements existant de la tradition Nyingma immensément riche, Dudjom Rinpoche fut spécialement réputé comme un grand tertön, dont les termas sont maintenant largement enseignés et pratiqués, et comme le représentant principal du Dzogchen, l'enseignement ultime du bouddhisme tibétain. Par dessus tout, il fut considéré comme l'incarnation vivante de Padmasambhava et et son représentant de nos jours. Maître des maîtres, il fut reconnu par les principaux maîtres de son temps comme possédant les plus grands pouvoirs et bénédictions pour communiquer la nature de l'esprit, et c'est à lui qu'ils envoyèrent leurs étudiants prêts pour cette transmission directe de l'esprit. En fait, Dudjom Rinpoché fut le maître racine de beaucoup des maîtres remarquables d'aujourd'hui.

Il n'est pas moins connu comme auteur et érudit méticuleux. Ses oeuvres sont réputées pour la connaissance encyclopédique qu'elles dénotent dans toutes les branches traditionnelles de l'apprentissage bouddhique, y compris la poésie, l'histoire , la médecine, l'astrologie et la philosophie. Auteur de poésie inspirante d'une beauté irrésistible, il avait un génie spécial pour exprimer la signification et la réalisation du Dzogchen avec une lucidité pareille au cristal.

Parmi ses travaux les plus largement lus est 'The Nyingma School of Tibetan Buddhism, Its Fundamentals and History', qu'il a composé peu après son arrivée cen exile et qui est maintenant disponibles en anglais. Cette histoire monumentale de l'école Nyingma est un chef-d'oeuvre qui présente pour la première fois de nombreux nouveaux matériaux sur le développement du bouddhisme au Tibet, et qui demeurera un travail faisant autorité sur le sujet.

À l'invitation de Sa Sainteté le Dalaï Lama, Dudjom Rinpoché a aussi écrivit aussi une histoire du Tibet. Une autre partie majeure de son travail fut la révision, la correction et l'édition de nombreux textes anciens et modernes, y compris l'ensemble des Enseignements Canoniques (kama) de l'école Nyingma, un projet qu'il commença à l'âge de 74 ans. Sa bibliothèque privée contient la plus large collection de manuscrits précieux et de livres dà l'extérieur du Tibet.

Après avoir quitté le Tibet, Rinpoché s'établit d'abord à Kalimpong, en Inde, et plus tard à Kathmandu, au Népal. À un moment où elle sembla menacée d'extinction, il joua un rôle clé dans la renaissance de la culture tibétaine parmi la communauté des réfugiés, à la fois par ses enseignements et ses oeuvres. Il établit quantité de communautés de pratiquants fondamentales en Inde et au Népal, comme Zangdok Palri à Kalimpong, Dudal Rapten à Orissa, et les monastères de Tsopema et Bouddhanath. Il encouragea activement l'étude de la tradition Nyingma à l'Institut Centreal de Hautes Études Tibétaines à Sarnath, et continua à donner des enseignements selon sa propre tradition terma, de même qu'à donner de nombreux autres initiations et transmissions, y compris le Nyingma Kama, les Tantras Nyngma (Nyingma Gyübum) et le Trésor des Précieux Termas (Rinchen Terdzö).

Quand Dudjom Rinpoché eut huit ans, il commença à étudier le Bodhicharyavatara de Shantideva avec son maître Orgyen Chogyur Gyatso, un disciple direct du grand Patrul Rinpoché. Quand ils eurent fini le premier chapitre, son maître lui présenta une conque et lui demanda de souffler dedans vers les quatre directions. Le son qu'elle fit vers l'Est et le Nord fut assez court, vers le Sud il fut long, et vers l'Ouest encore plus. C'était une indication sur la direction où son travail serait le plus effectif pour les temps futurs. Dans le sud, dans toutes les régions himalayennes du Bhutan, Sikkim, Nepal et Ladakh, Dudjom Rinpoché eut plusieurs milliers de disciples; quand, en une occasion, il donna des enseignements à Kathmandu destinés seulement à quelques lamas, entre vingt-cinq et trente mille disciples vinrent de tous les coins de l'Inde et de l'Himalaya.

Dans la dernière décennie de sa vie, en dépit de sa mauvaise santé et de son âge avancé, il donna beaucoup de son temps à enseigner en occident, où il établit avec succès la tradition Nyingma en réponse à l'intérêt croissant des occidentaux. Il fonda de nombreux centres majeurs y compris Dorje Nyingpo et Urgyem Samyé Chöling en France, et Yeshe Nyingpo, Urgyen Chö Dzong et d'autres aux Etats-Unis. Durant cette période historique, il donna inlassablement des enseignements et initiations , et sous sa direction, de nombreux étudiants occidentaux commencèrent à entreprendre de longues retraites. Dudjom Rinpocé voyagea aussi en Asie, et à Hong Kong il eut de nombreux disciples dans un centre prospère qu'il visita en trois occasions.

En 1972, 1976 et 1979, il visita Londres à l'invitation de Sogyal Rinpoche, qui voyagea avec lui durant ses visites de l'occident en tant que traducteur et assistant. En 1979, il passa tout le mois de mai dans le centre Dzogchen Orgyen Chöling dans le nord-ouest de Londres, qui devait devenir par la suite Rigpa. Il donna des enseignements publics, des initiations et des enseignements dans le centre de Londres, et des instructions Dzogchen spéciales à de petits groupes. C'est en ce temps qu'un film unique de 16mm le montrant enseigner et pratiquer la méditation fut réalisé.

Au fil des années qui suivirent, Dudjom Rinpoché conduisit un certain nombre de retraites d'été à Urgyen Samyé en France. Finalement, 'le vagabond, Dudjom', comme il s'appelait parfois lui-même, s'établit avec sa famille dans la région de la Dordogne en France, où il y donna en Août 1984 son dernier grand enseignement public.

Dudjom Rinpoche fut sans aucun doute un maître pleinement réalisé, pourtant, il se levait tous les jours avant l'aube pour pratiquer; le matin il priait pur tous ceux qui avaient pris refuge en lui, et le soir pour ceux qui étaient morts. Il pria continuellement pour que tous ceux qui l'avaient vu, entendu, étaient entré en contact avec lui ou même pensé à lui soient libérés de la souffrance. Il tenait toujours à être accessible aux personnes de tous horizons , et quiconque eut la chance de le rencontrer ne pouvait manquer d'être touché par sa chaleur, sa simplicité et son grand sens de l'humour, ainsi que d'être impressionné par sa présence, sa grande sagesse et sa vaste érudition.

Le 17 janvier 1987, Rinpoché décède, passant en parinirvana à La Péchardie, sa résidence située en Dordogne. Le 5 février 1989, son corps est déposé à Bodnath (Népal) dans un stupa construit à cet effet.


(source: Rigpa Shedra (Traduit par Pháp Thân) )