Degyal Rinpoche

Degyal Rinpoché

Texte Disponible:

Prière pour la propagation des enseignements du glorieux maître


Biographie

Péma Déwai Gyalpo, plus communément appelé Dégyal Rinpoché ou Kunkhyen Étaraja fut notamment reconnu comme étant une émanation d’Ananda (l’un des principaux disciples du Bouddha Shakyamouni), de Thönmi Sambhota (le ministre de Songtsen Gampo qui créa l’écriture tibétaine au VIIe siècle), de Bérotsana (l’un des grands traducteurs tibétains et maîtres du dzogchen au VIIIe siècle), de Drapa Ngonshé (le maître de Machik Labdrön) et de Terdak Lingpa.

Fils aîné d’une famille du lignage de Moukpo Dong, Dégyal Rinpoché naquit en 1873 à Serta dans la région golok (Tibet oriental). Son comportement était différent de celui des autres enfants et il pouvait maintenir longtemps une grande concentration. Lorsqu’il demanda à son père la permission de consacrer sa vie à la religion, celui-ci finit par accepter en voyant sa détermination.

C’est ainsi qu’il entra au monastère d’Horshu Gön à l’âge de 5 ans.

Dès 8 ans, il reçut de maîtres tels que Lama Kunsang et Péma Dutsel Rinpoché les initiations, transmissions et instructions des cycles d’enseignements de Ratna Lingpa, de Chagmé Rinpoché, de Gourou Chöwang, de Karma Lingpa, de Dorjé Lingpa, du Mahamoudra, des Six dharmas de Naropa, etc.

Pratiquant avec une grande diligence, il rencontrait en vision des lamas et déités, visitant leurs champs purs.

De 10 à 12 ans, il étudia notamment le Bodhicaryavatara, la Prajnaparamita, le Yönten Dzö avec Khen Lama Chödrak.

À 13 ans, il prit les vœux de moine novice auprès de Shoukgang Lama Thegchok Tendzin, qui lui donna le nom de Tsultrim Lobsang Jangchoup Pelzangpo.

Peu après, il lui expliqua que le maître auquel il était relié depuis les vies passées était Dudjom Lingpa et qu’il devait donc poursuivre ses études et sa pratique auprès de lui. Dès que le jeune moine entendit prononcer le nom du grand tertön, ses pensées s’arrêtèrent soudainement et il ressentit envers lui une dévotion spontanée.

Accompagné de son oncle maternel, il se rendit dans la haute vallée de Do, à l’ermitage de Dartsang Kelsang Gön où vivait Dudjom Lingpa mais lorsqu’il arriva, le maître était en retraite pour deux semaines encore. Dégyal Rinpoché était abattu mais au bout des quinze jours, il put obtenir une audience. À ce moment-là, dans la fumée qui s’élevait de sa tasse de thé, il vit les cinq aspects de Thröma Nagmo au sein d’un orbe de lumière irisée.

Ayant été accepté comme disciple, il reçut toutes les initiations, transmissions et instructions des quatre cycles du Dudjom Tersar qu’il étudia et pratiqua avec diligence.

En 1904, après avoir annoncé son intention d’ouvrir l’accès au lieu sacré de Pémakö, Dudjom Lingpa quitta ce monde. Un groupe de disciples comprenant Dégyal Rinpoché se rendit dans cette vallée cachée et découvrit la nouvelle émanation du maître, Kyabjé Dudjom Jigdral Yéshé Dorjé, alors qu’il était âgé de 3 ans. L’enfant les reconnut et les appela par leurs noms.

Après un mois passé au Kongpo, Dégyal Rinpoché se rendit en pèlerinage au Tibet central et visita les différents sites sacrés de Lhassa et de ses alentours. Méditant continuellement dans les grottes et ermitages, ses expériences mystiques étaient nombreuses.

Dégyal Rinpoché poursuivit ainsi sa route vers le Tibet occidental avec une poignée de disciples (Gonpo Tashi, Khousho Adjam, Thinley Chöpel et Tarna Lama) et lorsqu’il se rapprocha du Mont Kailash, il se prosterna tout au long du chemin sans se soucier de l’état de ses jambes. Au pied de la montagne sacrée, il s’installa en retraite pour 3 ans dans la « Grotte de l’éléphant » où Gourou Rinpoché avait médité.

À la fin de sa réclusion, il écrivit en 5 jours un commentaire du tantra du Shérig Dorjé Nönpo (shes rig rdo-rje rnon-po) à la requête de disciples. Puis il resta 2 ans dans une grotte située à l’ouest du lac Manasarovar et fit imprimer les tantras du Nelouk Rangdjoung (gnas-lugs rang byung) et du Shérig Dorje Nönpo.

À cette époque, Dégyal Rinpoché reçut la visite de Tsogkhang Rinpoché, un grand disciple de Dudjom Lingpa. Celui-ci resta avec lui pendant un an. Puis, il passa l’année suivante au monastère drikoung kagyu de Gyangdrak avant de s’installer à Lémi Chayé.

Dégyal Rinpoché, de son côté, répondit à l’invitation de l’esprit local de Namkha Khyoung Dzong, des douze Tenmas et des Menmos et se déplaça au sud-ouest du mont Kailash pour s’établir dans la « Grotte de cristal du secret des dakinis » (mkha’-’gro gsang-ba’i shel phug) où il accomplit une retraite de 3 ans.

Lorsqu’il en sortit, de nombreux pratiquants le rejoignirent petit à petit.

Durant l’été, il leur enseignait. Puis, le 25 du 7ème mois tibétain, il célébrait un grand festin rituel à l’issue duquel il rencontrait ses disciples un par un et leur donnait des instructions pour qu’ils pratiquent en retraite durant l’hiver. Lui-même s’isolait ensuite jusqu’au 10ème jour du 3ème mois tibétain de l’année suivante. Ensuite, lors de la 4ème lunaison ou mois de Sagadawa, il dirigeait un Nyoungné blanc. S’ensuivaient les enseignements des termas de Dudjom Lingpa, des préliminaires jusqu’aux instructions du Chö et du Dzogchen.

Un hiver, on remarqua dans la région entière des lumières irisées et une douce fragrance. Devant de tels signes merveilleux, les disciples demandèrent à Dégyal Rinpoché quelle en était la raison. Il leur répondit qu’il avait eu une vision dans laquelle il était Ananda, le cousin et assistant du Bouddha Shakyamouni et qu’il se tenait devant lui. Il en avait ressenti une immense tristesse et c’est alors que le Bouddha lui était apparu concrètement pour lui prodiguer pendant 7 jours de nombreuses instructions. Les autres gens n’en avaient vu que les manifestations extérieures sur l’environnement...

Alors qu’il avait 61 ans, en l’année tibétaine de l’Oiseau d’eau (1933), Dégyal Rinpoché sembla souffrir de rhumatismes sévères lors de la célébration du 10ème jour du 3ème mois tibétain. Les disciples menèrent alors des cérémonies pour sa santé et sa longévité et il parut ensuite aller mieux.

Le 7ème jour du 4ème mois, il récita une prière d’aspiration intitulée « Les reliques du Dharmakaya » (smon-lam chos-sku’i ring-srel) puis demanda que l’on ouvre la fenêtre. À cet instant précis, 3 fleurs blanches tombèrent à ses pieds et il résorba son esprit dans le Dharmadhatou, restant 3 jours en thoukdam, la contemplation de la claire lumière. Le ciel fut traversé de lumières irisées et différents nuages arc-en-ciel se formèrent au-dessus de la résidence du maître.

Un stoupa reliquaire fut construit pour préserver son corps embaumé et 4 ans après son départ, il reprit naissance à Tségya Gön, au bord du lac Rakshas Tal, comme l’un des fils de son plus fameux disciple, Golok Serta Rinpoché. Lors de la naissance, un nuage blanc se forma et l’on put entendre des paroles prophétiques prononcées par les déités.

Le sublime tulkou sera intronisé à l’âge de 3 ans, à Namkha Khyoung Dzong, la cérémonie donnant lieu à une grande fête.

Péma Déwai Gyalpo était un maître extraordinaire dont la réputation s’étendait à tout le Tibet. Ainsi, le 13ème Dalaï Lama l’avait choisi comme l’un de ses « supports de longévité » et, chaque année, une délégation du gouvernement tibétain venait lui présenter ses hommages en les accompagnant d’offrandes. Extérieurement, il préservait l’éthique parfaite d’un moine. Intérieurement, son esprit était imprégné du vaste esprit d’éveil et secrètement, il avait atteint les plus hautes sphères de la réalisation.

C’est pour répondre aux requêtes de ses disciples que Dégyal Rinpoché composa un certain nombre de textes, notamment des instructions et de nombreuses prières imprégnées de la saveur de sa réalisation du Dzogchen.

Cependant, la pièce maîtresse de son œuvre est le tantra du Zoungdzin Trulpa Rangdröl (gzung ‘dzin ‘khrul-pa rang grol rgyud). Relié au cycle terma du Daknang Yéshé Drawa (dag snang ye-shes drwa-ba), ce tantra lui fut révélé par les dakinis dans son esprit indissociable de celui de Dudjom Lingpa. Il le retranscrivit en 1928 alors qu’il avait 56 ans, à la requête d’éminents disciples. L’ensemble de ses écrits sera rassemblé ultérieurement dans une collection publiée en 1985 à Delhi par Tséwang Dorjé Rinpoché.

Avec un esprit ouvert et non-sectaire, Dégyal Rinpoché accueillit sans discrimination des disciples issus des cinq grandes traditions spirituelles du Tibet (nyingma, kagyu, guélouk, sakya, bönpo) et de toutes les régions de Tibet comme du Ladakh.


Parmi ses nombreux disciples, citons, entre autres :

- Péma Loungtok Gyatso plus connu sous le nom de Serta Rinpoché

- Namkha Dorjé du Ladakh

- Rolpai Dorjé de Nangchen

- Drimé özer du Kham

- Yéshé Palden de Khunu

- Péma Guépel de Nagchu

- Guétsé Togden de Guétsé

- Khyoungtrul Rinpoché Jigmé Namkhai Dorjé du Khyoungpo.
(érudit et accompli bönpo, ce maître fonda le monastère de Gurugyam dans la vallée de Khyunglung proche du mont Kailash et revitalisa ainsi la tradition du Youngdroung Bön dans la région tout en pratiquant également les enseignements nyingma sous la direction de Dégyal Rinpoché et en particulier Thröma Nagmo).


Auteur: Tsering Thondup