La pensée de l'éveil

Tchenrezi

Des êtres en nombre incalculable errent dans le samsara;
Complètement perdus, ils ont le plus grand besoin de secours.
Tous désirent avant tout le bonheur et redoutent la souffrance,
Mais obscurcis par la confusion, ils se précipitent vers elle,
Tels des aveugles s'enfonçant dans un marécage.


Constamment animé du désir de libérer tous les êtres du samsara,
J'obtiendrai la capacité d'accomplir cette noble aspiration,
Et mon voeu d'aider les autres se réalisera aussi naturellement
Que l'eau s'écoule le long d'une pente.


Méditer les deux points essentiels de tous les enseignements
Que sont la réalisation de la non-réalité des phénomènes,
Et la reconnaissance de la conscience éveillée primordiale,
L'état naturel de l'esprit, au-delà de tout concept
Et de toute limitation intellectuelle,
D'où surgit spontanément une compassion infinie
Qui embrasse tous les êtres,
Est l'acte le plus bénéfique que je puisse accomplir
Afin de soulager les souffrances de tous.


Tchenrézi, je te prends comme témoin
De ma détermination à aider les autres:
Étendant ma compassion à l'infinité des êtres,
Gardant sans cesse à l'esprit le voeu de tous les libérer
Et de consacrer tous mes instants à cette entreprise,
Je récite Om Mani Padmé Hung.