La nature de l'esprit

Tchenrezi

De même que l'on donne le nom de "collier" à un rang de perles,
On appelle "esprit" la succession de brefs instants de consciences
Constitués d'attachement, de répulsion, de joie ou de souffrance.
Cet esprit, contrairement à la conscience éveillée,
Est sans cesse entraîné d'une illusion à une autre.
Pourtant, il n'a rien de spécial: il n'est qu'une chaîne de pensées
Et de sentiments se transformant sans cesse,
Comme les nuages déformés par le vent.
Livrées à elles-mêmes, soustraites à tout examen critique,
Ces pensées gardent leur apparente réalité,
Sont considérées comme ayant une grande importance
Et perpétuent le samsara avec toujours plus de force.


Pourtant, aucune d'entre elles, bonne ou mauvaise,
Ne possède la moindre réalité tangible;
Elles sont toutes comme des arcs-en ciel,
Insaisissables, immatérielles, impalpables, totalement vides.
Quelle que soit leur force apparente, ce ne sont que des pensées
Qui retourneront finalement à l'état de vacuité,
Tels des nuages se formant dans le ciel,
Y demeurant quelques instants, et se dissolvant dans l'espace.


Bien qu'en surface,
Elles se succèdent comme des vagues sur l'océan,
En profondeur est l'esprit originel immuable,
La simplicité naturelle, d'où elles surgissent toutes.