Majjhima Nikâya 017
Vanapattha Sutta
Fourrés de bosquet

(Télécharger le PDF)


1. Voici ce que j'ai entendu. En une occasion, le Bienheureux se trouvait à Sâvatthî dans le Bosquet de Jeta, dans le parc d'Anâthapindika. Là il s'adressa aux bhikkhus ainsi: « Bhikkhus » - « Vénérable, » répondirent-ils. Le Bienheureux dit ceci:


2. « Bhikkhus, je vais vous enseigner un discours sur les fourrés de bosquet. Écoutez et faites bien attention à ce que je vais dire. » - « Oui, Vénérable, » répondirent les bhikkhus. Le Bienheureux dit ceci:


3. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit dans un fourré de bosquet. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis dans ce fourré de bosquet. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait partir de ce fourré de bosquet cette nuit même ou ce jour même; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


4. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit dans un fourré de bosquet. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis dans ce fourré de bosquet. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait partir de ce fourré de bosquet; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


5. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit dans un fourré de bosquet. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis dans ce fourré de bosquet. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait continuer à vivre dans ce fourré de bosquet; il ne devrait pas partir.


6. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit dans un fourré de bosquet. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis dans ce fourré de bosquet. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait continuer à vivre dans ce fourré de bosquet aussi longtemps que sa vie dure; il ne devrait pas partir.


7. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain village. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce village. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait partir de ce village cette nuit même ou ce jour même; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


8. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain village. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce village. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait partir de ce village; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


9. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain village. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce village. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de ce village; il ne devrait pas partir.


10. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain village. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce village. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de ce village aussi longtemps que sa vie dure; il ne devrait pas partir.


11. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine ville. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette ville. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait partir de cette ville cette nuit même ou ce jour même; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


12. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine ville. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette ville. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait partir de cette ville; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


13. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine ville. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette ville. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de cette ville; il ne devrait pas partir.


14. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine ville. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette ville. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de cette ville aussi longtemps que sa vie dure; il ne devrait pas partir.


15. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine région. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette région. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait partir de cette région cette nuit même ou ce jour même; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


16. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine région. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette région. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait partir de cette région; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


17. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine région. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette région. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de cette région; il ne devrait pas partir.


18. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine région. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette région. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de cette région aussi longtemps que sa vie dure; il ne devrait pas partir.


19. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain pays. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce pays. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait partir de ce pays cette nuit même ou ce jour même; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


20. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain pays. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce pays. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait partir de ce pays; il ne devrait pas continuer à vivre ici.


21. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain pays. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce pays. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de ce pays; il ne devrait pas partir.


22. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'un certain pays. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de ce pays. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait continuer à vivre en dépendance de ce pays aussi longtemps que sa vie dure; il ne devrait pas partir.


23. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine personne. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette personne. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait quitter cette personne cette nuit même ou ce jour même sans prendre congé; il ne devrait pas continuer à la suivre.


24. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine personne. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie ne devient pas établie, son esprit non concentré ne devient pas concentré, ses souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, il n'atteint pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette personne. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie ne devient pas établie, mon esprit non concentré ne devient pas concentré, mes souillures non détruites ne viennent pas à la destruction, je n'atteins pas la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait quitter cette personne après avoir pris congé; il ne devrait pas continuer à la suivre.


25. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine personne. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette personne. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; pourtant les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont difficiles à obtenir. Cependant, je ne suis pas parti de la vie de foyer vers la vie sans foyer par égard pour les robes, la nourriture d'aumône, les lieux de repos et les médicaments. De plus, pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte.' Ayant réfléchi ainsi, ce bhikkhu devrait continuer à suivre cette personne; il ne devrait pas la quitter.


26. « Ici, bhikkhus, un bhikkhu qui vit en dépendance d'une certaine personne. Pendant qu'il vit ici sa pleine conscience non établie devient établie, son esprit non concentré devient concentré, ses souillures non détruites viennent à la destruction, il atteint la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir. Le bhikkhu devrait considérer ceci: 'Je vis en dépendance de cette personne. Pendant que je vis ici ma pleine conscience non établie devient établie, mon esprit non concentré devient concentré, mes souillures non détruites viennent à la destruction, j'atteins la sécurité suprême de l'esclavage non atteinte; de plus les nécessaires de vie qui devraient être obtenus par celui qui a quitté le monde - robes, nourriture d'aumône, lieu de repos, et médicaments - sont faciles à obtenir.' Ce bhikkhu devrait continuer à suivre cette personne cette personne aussi longtemps que sa vie dure; il ne devrait pas la quitter même si on disait de partir. »


Ainsi parla le Bienheureux. Les bhikkhus furent satisfaits des paroles du Bienheureux et s'en réjouirent.



Vous êtes libres de copier, distribuer et transmettre ce texte sous les conditions suivantes : qu'il soit exclusivement utilisé à but non commercial, qu'il ne soit pas modifié sans permission, que les redistributions se fassent sous les mêmes conditions d'utilisations, et que soit inclus ceci :

Traduit par Pháp Thân, d'après 'The middle lenght discourses of the Buddha : a new translation of the Majjhima Nikâya / original translation by Bhikkhu Ñânamoli ; translation edited and revised by Bhikkhu Bodhi' avec l'aimable permission de Wisdom Publications and Bhikkhu Bodhi.