Majjhima Nikâya 014
Cûladukkhakkhandha Sutta
Le court discours sur la masse de souffrances

(Télécharger le PDF)


1. Voici ce que j'ai entendu. En une occasion, le Bienheureux vivait dans le pays des Sakya à Kapilavatthu, dans le parc de Nigrodha.


2. Alors Mahânâma le Sakya alla voir le Bienheureux, et après lui avoir rendu hommage, il s'assit sur un côté et dit: « Vénérable, j'ai bien compris le Dhamma enseigné par le Bienheureux ainsi: 'Le désir est une imperfection qui souille l'esprit, l'aversion est une imperfection qui souille l'esprit, l'illusion est une imperfection qui souille l'esprit.' Pourtant, alors que je comprends le Dhamma enseigné par le Bienheureux ainsi, des états de désir, d'aversion, et d'illusion envahissent parfois mon esprit et y demeurent. Je me demande, Vénérable, quel état je n'ai pas encore abandonné intérieurement, en raison duquel ces états de désir, d'aversion, et d'illusion envahissent parfois mon esprit et y demeurent. »


3. « Mahânâma, Il y a encore un état que tu n'as pas abandonné intérieurement, en raison duquel des états de désir, d'aversion, et d'illusion envahissent parfois ton esprit et y demeurent; car si tu avais déjà abandonné cet état intérieurement, tu ne vivrais pas la vie de famille, tu ne te réjouirais pas des plaisirs sensuels. C'est parce que tu n'as pas encore abandonné cet état intérieurement que tu vis la vie de famille et te réjouis des plaisirs sensuels.


4. « Même si un noble disciple a vu clairement comme il en est vraiment avec une sagesse convenable que les plaisirs sensuels fournissent peu de gratifications, beaucoup de souffrances et de désespoir, et que le danger en eux est encore plus grand, aussi longtemps qu'il n'atteint pas le ravissement et le plaisir qui sont séparés des plaisirs sensuels, séparés des états malsains, ou quelque chose de plus paisible que cela, il peut être encore attiré par les plaisirs sensuels. Mais quand un noble disciple a vu clairement comme il en est vraiment avec une sagesse convenable que les plaisirs sensuels fournissent peu de gratifications, beaucoup de souffrances et de désespoir, et que le danger en eux est plus grand, et qu'il atteint le ravissement et le plaisir qui sont séparés des plaisirs sensuels, séparés des états malsains, ou quelque chose de plus paisible que cela, alors il n'est plus attiré par les plaisirs sensuels.


5. « Avant mon éveil, alors que j'étais encore seulement un Bodhisatta non éveillé, je vis aussi clairement comme il en est vraiment avec une sagesse convenable combien les plaisirs sensuels fournissent peu de gratifications, beaucoup de souffrances, et beaucoup de désespoir, et combien le danger en eux est grand, mais aussi longtemps que je n'eus pas atteint le ravissement et le plaisir qui sont séparés des plaisirs sensuels, séparés des états malsains, ou quelque chose de plus paisible que cela, je reconnus que je pouvais encore être attiré par les plaisirs sensuels. Mais quand je vis clairement comme il en est vraiment avec une sagesse convenable combien les plaisirs sensuels fournissent peu de gratifications, beaucoup de souffrances, et beaucoup de désespoir, et combien le danger en eux est grand, et que j'atteignis le ravissement et le plaisir qui sont séparés des plaisirs sensuels, séparés des états malsains, ou quelque chose de plus paisible que cela, je reconnus que je n'étais plus attiré par les plaisirs sensuels.


6. « Et quelle est la gratification dans le cas des plaisirs sensuels? Mahânâma, il y a ces cinq cordes des plaisirs sensuels. Quelles sont ces cinq? Les formes connaissables par l'oeil qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie. Les sons connaissables par l'oreille qui sont souhaités, désirés, agréables et sympathiques, connectés avec le désir sensuel, et provoquant l'envie. Les odeurs connaissables par le nez qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie. Les saveurs connaissables par la langue qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie. Les choses tangibles connaissables par le corps qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie. Ce sont les cinq cordes des plaisirs sensuels. Le plaisir et la joie qui surviennent en dépendance de ces cinq cordes de plaisir sensuel sont la gratification dans le cas des plaisirs sensuels.


7. « Et quel est le danger dans le cas des plaisirs sensuels? Ici, Mahânâma, en dépendance de la profession par laquelle un fils de bonne famille gagne sa vie – qu'il vérifie ou compte ou calcule ou cultive le sol ou fasse du commerce ou de l'élevage ou du tir à l'arc ou soit au service du roi, ou quel que soit son métier – un fils de bonne famille doit faire face au froid, il doit faire face à la chaleur, il est blessé par le contact avec les taons, les moustiques, le vent, le soleil, et les choses rampantes; il risque de mourir de faim et de soif. C'est un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


8. « Si aucun bien ne vient au fils de bonne famille pendant qu'il travaille et fait son possible et fait des efforts ainsi, il est triste, se chagrine et se lamente, il pleure en se frappant la poitrine et devient affolé, criant: 'Mon travail est en vain, mes efforts sont sans fruits!' C'est aussi un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


9. « Si un bien vient au fils de bonne famille pendant qu'il travaille et fait son possible et fait des efforts ainsi, il fait l'expérience de la douleur et du chagrin en le protégeant: 'Comment faire pour que ni les rois ou les voleurs ne s'emparent de mon bien, ni le feu ne le brûle, ni l'eau ne l'emporte, ni des héritiers haineux ne s'en emparent?' Et alors qu'il garde et protège son bien, les rois et les voleurs s'en emparent, ou le feu le brûle, ou l'eau l'emporte, ou des héritiers haineux s'en emparent. Et il est triste, se chagrine et se lamente, il pleure en se frappant la poitrine et devient affolé, criant: 'Ce que j'avais, je ne l'ai plus!' C'est aussi un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


10. « De plus, avec les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels, les rois se querellent avec les rois, les nobles se querellent avec les nobles, les brahmanes se querellent avec les brahmanes, les maîtres de maison se querellent avec les maîtres de maison; la mère se querelle avec son fils, le fils avec sa mère, le père avec son fils, le fils avec son père; le frère se querelle avec le frère, le frère avec la soeur, la soeur avec le frère, l'ami avec l'ami. Et ici dans leurs querelles, rixes et disputes ils s'attaquent les uns les autres avec les poings, des mottes de terre, des bâtons, ou des couteaux, par quoi ils subissent la mort ou des souffrances mortelles. C'est aussi un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


11. « De plus, avec les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels, les hommes prennent des épées et des boucliers et bouclent arcs et carquois, et ils chargent dans une bataille accumulés en double rang avec des flèches et des lances volantes et des épées étincelantes; et ils sont là blessés par des flèches et des lances, et leurs têtes sont tranchées par des épées, par quoi ils subissent la mort ou des souffrances mortelles. C'est aussi un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


12. « De plus, avec les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels, les hommes prennent des épées et des boucliers et bouclent arcs et carquois, et ils chargent dans des bastions glissants, avec des flèches et des lances volantes et des épées étincelantes; et ils sont là blessés par des flèches et des lances et éclaboussés par des liquides bouillants et écrasés sous de lourds poids, et leurs têtes sont tranchées par des épées, par quoi ils subissent la mort ou des souffrances mortelles. C'est aussi un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


13. « De plus, avec les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels, les hommes entrent par effraction dans des maisons, pillent les richesses, commettent des cambriolages, font des embuscades sur les grands chemins, séduisent les femmes des autres, et quand ils sont pris, les rois leur infligent beaucoup de différentes sortes de torture. Les rois les font fouetter, battre par des bâtons, battre par des matraques; ils ont leurs mains amputées, leurs pieds amputés, leurs mains et leurs pieds amputés: leurs oreilles amputées, leur nez amputé, leurs oreilles et leur nez amputés; on les soumet au 'pot de porridge', au 'rasage de coquille polie', à la 'bouche de Râhu', à la 'couronne brûlante', à la 'main flamboyante', aux 'lames d'herbe', à la 'tenue d'écorce', à l''antilope', au 'crochet à viande', aux 'pièces de monnaie', au 'décapage lessive', à l''épingle pivotante', à la 'paillasse enroulée'; et ils les font arroser avec de l'huile bouillante, et ils les font jeter pour être dévorés par des chiens, et ils les font empaler vivants sur des pieux, et ils les font décapiter par des épées - par quoi ils subissent la mort ou des souffrances mortelles. C'est aussi un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


14. « De plus, avec les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels, les gens adoptent une mauvaise conduite du corps, de la parole, et de l'esprit. Ayant fait ainsi, à la dissolution du corps, après la mort, ils réapparaissent dans des états de privation, dans une destination malheureuse, en perdition, et même en enfer. C'est un danger dans le cas des plaisirs sensuels, une masse de souffrance visible ici et maintenant, ayant les plaisirs sensuels comme cause, les plaisirs sensuels comme source, les plaisirs sensuels comme base, la cause étant simplement les plaisirs sensuels.


15. « Maintenant, Mahânâma, en une occasion je vivais à Râjagaha sur la montagne du Pic du Vautour. En cette occasion de nombreux Niganthas vivant sur le Roc Noir sur les flancs de Isigili pratiquaient la position debout continuelle, rejetant les sièges, et faisaient l'expérience des sensations douloureuses, déchirantes, perçantes en raison de ces efforts.


16. « Alors, quand c'était le soir, je me suis levé de la méditation et suis allé voir les Niganthas là-bas. Je leur ai demandé: 'Amis, pourquoi pratiquez-vous la position debout continuelle, rejetant les sièges, et faisant l'expérience de sensations douloureuses, déchirantes, perçantes en raison de ces efforts?'


17. « Quand ceci fut dit, ils répondirent: 'Ami, le Nighantha Nâtaputta est omniscient et voit tout et il déclare avoir une connaissance complète et une vision ainsi: « Que je marche ou sois debout ou endormi ou éveillé, la connaissance et la vision sont présentes en moi continuellement et sans interruption. » Il dit ceci: « Niganthas, vous avez commis de mauvaises actions dans le passé; épuisez-les par l'accomplissement de ces austérités perçantes. Et quand vous êtes ici et maintenant restreints dans le corps, la parole, et l'esprit, vous ne commettrez plus de mauvaises actions dans le futur. En annihilant avec ascétisme les actions passées et en ne faisant pas de nouvelles actions, il n'y aura pas de conséquences dans le futur. Sans conséquences dans le futur, il y a la destruction de l'action. Avec la destruction de l'action, il y a la destruction de la souffrance. Avec la destruction de la souffrance, il y a la destruction des sensations. Avec la destruction des sensations, toute souffrance sera épuisée. » Ceci est la doctrine que nous approuvons et que nous acceptons, et nous en sommes satisfaits.'


18. « Quand ceci fut dit, je leur dit: 'Mais, amis, savez-vous si vous avez existé dans le passé, et que ce n'est pas le cas que vous n'avez pas existé?' - 'Non, ami.' - 'Mais, amis, savez-vous si vous avez commis de mauvaises actions dans le passé et que vous ne vous en êtes pas abstenus?' - 'Non, ami.' - 'Mais, amis, savez-vous si vous avez commis telles et telles mauvaises actions?' -'Non, ami.' - 'Mais, amis, savez-vous quelle quantité de souffrance a déjà été épuisée, ou quelle quantité de souffrance doit encore être épuisée, ou si lorsque telle quantité de souffrance a été épuisée toute souffrance sera épuisée?' - 'Non, ami.' - 'Mais, amis, savez-vous quel est l'abandon des états malsains et quelle est la culture des états sains ici et maintenant?' - 'Non, ami.'


19. « 'Alors, amis, il semble que vous ne savez pas si vous avez existé dans le passé et que ce n'est pas le cas que vous n'avez pas existé; ou si vous avez commis de mauvaises actions dans le passé et que vous ne vous en êtes pas abstenus; ou si vous avez commis telles et telles mauvaises actions; ou quelle quantité de souffrance a déjà été épuisée, ou quelle quantité de souffrance doit encore être épuisée, ou si lorsque telle quantité de souffrance a été épuisée toute souffrance sera épuisée; ou quel est l'abandon des états malsains et quelle est la culture des états sains ici et maintenant. Lorsqu'il en est ainsi, ceux qui sont des meurtriers, des scélérats dans le monde aux mains couvertes de sang, vont droit parmi les sans-abris comme Niganthas quand ils renaissent parmi les êtres humains.'


20. « 'Ami Gotama, le plaisir ne doit pas acquis par les plaisirs; le plaisir doit être acquis par la douleur. Parce que si le plaisir devait être acquis par le plaisir, alors le roi Seniya Bimbisâra du Magadha acquerrait du plaisir, puisqu'il demeure dans de plus grands plaisirs que le vénérable Gotama.' « 'Les vénérables Niganthas ont sûrement prononcé ces mots inconsidérément et sans réfléchir. On devrait plutôt me demander: « Qui demeure dans le plus grand plaisir, le roi Seniya Bimbisâra du Magadha ou le vénérable Gotama?' » « 'Ami Gotama, nous avons sûrement prononcé ces mots inconsidérément et sans réfléchir. Alors qu'il en soit ainsi. Maintenant nous demandons au vénérable Gotama: « Qui demeure dans le plus grand plaisir, le roi Seniya Bimbisâra de Magadha ou le vénérable Gotama? »'


21. « 'Alors, amis, je dois vous poser une question en retour. Répondez-y comme vous voulez. Que pensez-vous, amis? Le roi Seniya Bimbisâra du Magadha peut-il, sans bouger son corps ou prononcer un mot, faire exclusivement l'expérience de plaisir pendant sept jours et sept nuits et y demeurer?' - 'Non, ami.' -'Le roi Seniya Bimbisâra du Magadha peut-il, sans bouger son corps ou prononcer un mot, faire exclusivement l'expérience du plaisir pendant six jours et six nuits, cinq jours et cinq nuits, quatre jours et quatre nuits, trois jours et trois nuits, ou deux jours et deux nuits et y demeurer?' - 'Non, ami.' -'Le roi Seniya Bimbisâra du Magadha peut-il, sans bouger son corps ou prononcer un mot, faire exclusivement l'expérience du plaisir pendant un jour et une nuit et y demeurer?' - 'Non, ami.'


22. « 'Mais, amis, je peux, sans bouger mon corps ou prononcer un mot, faire exclusivement l'expérience du plaisir pendant un jour et une nuit et y demeurer; je peux, sans bouger mon corps ou prononcer un mot, faire exclusivement l'expérience du plaisir pendant deux jours et deux nuits, trois jours et trois nuits, quatre jours et quatre nuits, cinq jours et cinq nuits, six jours et six nuits et y demeurer; je peux, sans bouger mon corps ou prononcer un mot, faire exclusivement l'expérience du plaisir pendant sept jours et sept nuits et y demeurer. Que pensez-vous, amis? Lorsqu'il en est ainsi, qui demeure dans le plus grand plaisir, le roi Seniya Bimbisâra du Magadha ou moi?'
« 'Lorsqu'il en est ainsi, le vénérable Gotama demeure dans un plus grand plaisir que le roi Seniya Bimbisâra du Magadha.' »


Ainsi parla le Bienheureux. Mahânâma fut satisfait des paroles du Bienheureux et s'en réjouit.


Vous êtes libres de copier, distribuer et transmettre ce texte sous les conditions suivantes : qu'il soit exclusivement utilisé à but non commercial, qu'il ne soit pas modifié sans permission, que les redistributions se fassent sous les mêmes conditions d'utilisations, et que soit inclus ceci :

Traduit par Pháp Thân, d'après 'The middle lenght discourses of the Buddha : a new translation of the Majjhima Nikâya / original translation by Bhikkhu Ñânamoli ; translation edited and revised by Bhikkhu Bodhi' avec l'aimable permission de Wisdom Publications and Bhikkhu Bodhi.