Majjhima Nikâya 023
Vammika Sutta
La fourmilière

(Télécharger le PDF)


1. Voici ce que j'ai entendu. En une occasion, le Bienheureux se trouvait à Sâvatthî dans le Bosquet de Jeta, dans le parc d'Anâthapindika. Et en cette occasion le vénérable Kumâra Kassapa se trouvait dans le Bosquet des Hommes Aveugles.
Alors, quand la nuit était bien avancée, une certaine déité de belle apparence qui illuminait tout le Bosquet des Hommes Aveugles s'approcha du vénérable Kumâra Kassapa et se tint debout sur un côté. Se tenant ainsi debout, la déité lui dit :


2. « Bhikkhu, bhikkhu, cette fourmilière fume la nuit et flambe le jour.
« Ainsi parla le brahmane : 'Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit une barre : 'Une barre, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Jette la barre ; creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit un crapaud : 'Un crapaud, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Jette le crapaud; creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit une fourche: 'Une fourche, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Jette la fourche; creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit un tamis : 'Un tamis, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Jette le tamis; creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit une tortue: 'Une tortue, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Jette la tortue; creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit un couteau et un billet de boucher: 'Un couteau et un billet de boucher, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Jette le couteau et le billet de boucher; creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit un morceau de viande: 'Un morceau de viande, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Jette le morceau de viande; creuse avec le couteau, toi homme sage.' Creusant avec le couteau, l'homme sage vit un serpent Nâga: 'Un serpent Nâga, Ô Vénérable.'
« Ainsi parla le brahmane : 'Laisse le serpent Nâga ; ne fais pas de mal au serpent Nâga ; honore le serpent Nâga.'
« Bhikkhu, tu devrais aller voir le Bienheureux et le questionner à propos de cette énigme. Quand le Bienheureux te répondra, tu devrais t'en souvenir. Bhikkhu, autre que le Tathâgata ou un disciple du Tathâgata ou un qui a appris ceci auprès d'eux, je ne vois personne dans ce monde avec ses dieux, ses Mâras, et ses Brahmâs, dans cette génération avec ses reclus et brahmanes, ses princes et ses gens, dont l'explication de cette énigme puisse satisfaire l'esprit. »
C'est ce qui fut dit par la déité, qui sur ce se volatilisa tout à coup.


3. Alors, quand la nuit fut terminée, le vénérable Kumâra Kassapa alla voir le Bienheureux. Après lui avoir rendu hommage, il s'assit sur un côté et dit au Bienheureux ce qui s'était passé. Alors il demanda : « Vénérable, qu'est la fourmilière, qu'est la fumée de la nuit, qu'est le flamboiement du jour ? Qui est le brahmane, qui est l'homme sage ? Qu'est le couteau, qu'est le creusement, qu'est la barre, qu'est le crapaud, qu'est la fourche, qu'est le tamis, qu'est la tortue, que sont le couteau et le billot de boucher, qu'est le morceau de viande, qu'est le serpent Nâga ? »


4. « Bhikkhu, la fourmilière est un symbole pour ce corps, fait de forme matérielle, consistant des quatre grands éléments, procréé par une mère et un père, construit de riz bouilli et de porridge, et sujet à l'impermanence, à être usé et à disparaître, à la dissolution et la désintégration.
« Ce dont on pense et réfléchit la nuit à propos des actions durant le jour est la 'fumée de la nuit.'
« Les actions que l'on entreprend durant le jour par le corps, la parole, et l'esprit après avoir pensé et réfléchi la nuit sont le 'flamboiement du jour.'
« Le brahmane est un symbole pour le Tathâgata, accompli et pleinement éveillé. L'homme sage est un symbole pour un bhikkhu en entraînement supérieur. Le couteau est un symbole pour la noble sagesse. Le creusement est un symbole pour l'éveil de l'énergie.
« La barre est un symbole pour l'ignorance. 'Jette la barre, abandonne l'ignorance. Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Voici la signification.
« La crapaud est un symbole pour la colère et l'irritation. 'Jette le crapaud, abandonne la colère et l'irritation. Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Voici la signification.
« La fourche est un symbole pour le doute : 'Jette la fourche, abandonne le doute. Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Voici la signification.
« Le tamis est un symbole pour les cinq entraves, c'est-à-dire, l'entrave du désir sensuel, l'entrave de l'aversion, l'entrave de la paresse et de la torpeur, l'entrave de l'agitation et du remords, et l'entrave du doute. 'Jette le tamis, abandonne l'ignorance. Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Voici la signification.
« La tortue est un symbole pour les cinq agrégats affectés par l'attachement, c'est-à-dire, la forme matérielle affectée par l'attachement, la sensation affectée par l'attachement, la perception affectée par l'attachement, les formations affectées par l'attachement, et la conscience affectée par l'attachement. 'Jette la tortue, abandonne l'ignorance. Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Voici la signification.
« Le couteau et le billot de boucher sont un symbole pour les cinq cordes des plaisirs sensuels – les formes connaissables par l'oeil qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie ; les sons connaissables par l'oreille qui sont souhaités, désirés, agréables et sympathiques, connectés avec le désir sensuel, et provoquant l'envie ; les odeurs connaissables par le nez qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie ; les saveurs connaissables par la langue qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie ; les choses tangibles connaissables par le corps qui sont souhaitées, désirées, agréables et sympathiques, connectées avec le désir sensuel, et provoquant l'envie. 'Jette le couteau et le billot de boucher, abandonne l'ignorance. Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Voici la signification.
« Le morceau de viande est un symbole pour le plaisir et la convoitise. 'Jette le morceau de viande, abandonne l'ignorance. Creuse avec le couteau, toi homme sage.' Voici la signification.
« Le serpent Nâga est un symbole pour un bhikkhu qui a détruit les souillures. 'Laisse le serpent Nâga ; ne fais pas de mal au serpent Nâga ; honore le serpent Nâga.' Voici la signification. »


Ainsi parla le Bienheureux. Le vénérable Kumâra Kassapa fut satisfait des paroles du Bienheureux et s'en réjouit.


Vous êtes libres de copier, distribuer et transmettre ce texte sous les conditions suivantes : qu'il soit exclusivement utilisé à but non commercial, qu'il ne soit pas modifié sans permission, que les redistributions se fassent sous les mêmes conditions d'utilisations, et que soit inclus ceci :

Traduit par Pháp Thân, d'après 'The middle lenght discourses of the Buddha : a new translation of the Majjhima Nikâya / original translation by Bhikkhu Ñânamoli ; translation edited and revised by Bhikkhu Bodhi' avec l'aimable permission de Wisdom Publications and Bhikkhu Bodhi.