Majjhima Nikâya 007
Vatthûpama Sutta
La comparaison du tissu

(Télécharger le PDF)


1. Voici ce que j'ai entendu. En une occasion, le Bienheureux se trouvait à Sâvatthî dans le Bosquet de Jeta, dans le parc d'Anâthapindika. Alors il s'adressa aux bhikkhus ainsi: « Bhikkhus. » - « Vénérable, », répondirent-ils. Le Bienheureux dit ceci:


2. « Bhikkhus, supposons qu'un tissu soit souillé et taché, et qu'un teinturier le trempe dans un colorant, qu'il soit bleu ou jaune ou rouge ou carmin; il aurait l'air médiocrement teint et de couleur impure. Pourquoi cela? À cause de l'impureté du tissu. De même, quand l'esprit est souillé, on peut s'attendre à une destination malheureuse. Bhikkhus, supposons qu'un tissu soit pur et clair, et qu'un teinturier le trempe dans un colorant, qu'il soit bleu ou jaune ou rouge ou carmin; il aurait l'air bien teint et de couleur pure. Pourquoi cela? À cause de la pureté du tissu. De même, quand l'est l'esprit n'est pas souillé, on peut s'attendre à une destination heureuse.


3.« Quelles sont, bhikkhus, les imperfections qui souillent l'esprit? La convoitise et l'avidité malsaine sont une imperfection qui souille l'esprit. La malveillance est une imperfection qui souille l'esprit. La colère est une imperfection qui souille l'esprit. Le ressentiment est une imperfection qui souille l'esprit. Le mépris est une imperfection qui souille l'esprit. L'insolence est une imperfection qui souille l'esprit. L'envie est une imperfection qui souille l'esprit. L'avarice est une imperfection qui souille l'esprit. La malhonnêteté est une imperfection qui souille l'esprit. La tromperie est une imperfection qui souille l'esprit. L'obstination est une imperfection qui souille l'esprit. La rivalité est une imperfection qui souille l'esprit. La suffisance est une imperfection qui souille l'esprit. L'arrogance est une imperfection qui souille l'esprit. L'orgueil est une imperfection qui souille l'esprit. La négligence est une imperfection qui souille l'esprit.


4. « Sachant que la convoitise et l'avidité malsaine sont une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que la malveillance est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que la colère est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que le ressentiment est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que le mépris est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que l'insolence est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que l'envie est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que l'avarice est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que la malhonnêteté est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que la tromperie est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que l'obstination est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que la rivalité est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que la suffisance est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que l'arrogance est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que l'orgueil est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne. Sachant que la négligence est une imperfection qui souille l'esprit, un bhikkhu l'abandonne.


5. « Quand un bhikkhu a su que la convoitise et l'avidité malsaine sont une imperfection qui souille l'esprit et les a abandonnés; quand un bhikkhu a su que la malveillance est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que la colère est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que le ressentiment est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonné; quand un bhikkhu a su que le mépris est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonné; quand un bhikkhu a su que l'insolence est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que l'envie est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que l'avarice est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que la malhonnêteté est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que la tromperie est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que l'obstination est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que la rivalité est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que la suffisance est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que l'arrogance est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; quand un bhikkhu a su que l'orgueil est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonné; quand un bhikkhu a su que la négligence est une imperfection qui souille l'esprit et l'a abandonnée; il obtient une confiance inébranlable dans le Buddha ainsi: 'Le Bienheureux est accompli, pleinement éveillé, parfait en vraie connaissance et en conduite, sublime, connaisseur des mondes, incomparable meneur des personnes à dompter, enseignant des dieux et des humains, éveillé, béni.'


6. « Il obtient une confiance inébranlable dans le Dharma ainsi: 'Le Dhamma est bien exposé par le Bienheureux, visible ici et maintenant, immédiatement effectif, invitant à l'inspection, conduisant en avant, devant être expérimenté par les sages par eux-mêmes.'


7. « Il obtient une confiance inébranlable dans la Sangha ainsi: 'La Sangha des disciples du Bienheureux pratique le bon chemin, pratique le droit chemin, pratique le vrai chemin, pratique le chemin approprié, c'est-à-dire, les quatre paires de personnes, les huit sortes d'individus; cette Sangha des disciples du Bienheureux est digne de dons, digne d'hospitalité, digne d'offrandes, digne de salutation révérencielle, elle est l'insurpassable champ de mérites pour le monde.'


8. « Quand il a renoncé, expulsé, relâché, abandonné, et délaissé les imperfections de l'esprit en partie, il considère ainsi: 'Je suis en possession d'une confiance inébranlable dans le Buddha', et il obtient de l'enthousiasme pour la signification, il obtient de l'enthousiasme pour le Dhamma, il obtient de la joie en rapport avec le Dhamma. Quand il est joyeux, le ravissement naît en lui; dans celui qui est ravi, le corps devient tranquille; celui dont le corps est tranquille ressent du plaisir; dans celui qui ressent du plaisir, l'esprit devient concentré.


9. « Il considère ainsi: 'Je suis en possession d'une confiance inébranlable dans le Dhamma', et il obtient de l'enthousiasme pour la signification, il obtient de l'enthousiasme pour le Dhamma, il obtient de la joie en rapport avec le Dhamma. Quand il est joyeux, le ravissement naît en lui; dans celui qui est ravi, le corps devient tranquille; celui dont le corps est tranquille ressent du plaisir; dans celui qui ressent du plaisir, l'esprit devient concentré.


10. « Il considère ainsi: 'Je suis en possession d'une confiance inébranlable dans la Sangha', et il obtient de l'enthousiasme pour la signification, il obtient de l'enthousiasme pour le Dhamma, il obtient de la joie en rapport avec le Dhamma. Quand il est joyeux, le ravissement naît en lui; dans celui qui est ravi, le corps devient tranquille; celui dont le corps est tranquille ressent du plaisir; dans celui qui ressent du plaisir, l'esprit devient concentré.


11. « Il considère ainsi: 'J'ai renoncé, expulsé, relâché, abandonné, et délaissé les imperfections de l'esprit en partie', et il obtient de l'enthousiasme pour la signification, il obtient de l'enthousiasme pour le Dhamma, il obtient de la joie en rapport avec le Dhamma. Quand il est joyeux, le ravissement naît en lui; dans celui qui est ravi, le corps devient tranquille; celui dont le corps est tranquille ressent du plaisir; dans celui qui ressent du plaisir, l'esprit devient concentré.


12. « Bhikkhus, si un bhikkhu de telle vertu, de tel état de concentration, et de telle sagesse mange de la nourriture d'aumône consistant en riz de colline de choix accompagné de sauces variées et de curry, même cela ne sera pas un obstacle pour lui. De même qu'un tissu qui est souillé et taché devient pur et clair à l'aide d'eau pure, ou de même que l'or devient pur et clair à l'aide d'une chaudière, si un bhikkhu de telle vertu, de tel état de concentration, et de telle sagesse mange de la nourriture d'aumône consistant en riz de colline de choix accompagné de sauces variées et de curry, même cela ne sera pas un obstacle pour lui.


13. « Il demeure en imprégnant une direction avec un esprit empli de bonté aimante, de même pour la deuxième, de même pour la troisième, de même pour la quatrième; et ainsi au-dessus, au-dessous, autour, et partout, et pour tous comme pour lui-même, il demeure en imprégnant le monde entier avec un esprit empli de bonté aimante, abondant, élevé, incommensurable, sans hostilité et sans malveillance.


14. « Il demeure en imprégnant une direction avec un esprit empli de compassion, de même pour la deuxième, de même pour la troisième, de même pour la quatrième; et ainsi au-dessus, au-dessous, autour, et partout, et pour tous comme pour lui-même, il demeure en imprégnant le monde entier avec un esprit empli de compassion, abondant, élevé, incommensurable, sans hostilité et sans malveillance.


15. « Il demeure en imprégnant une direction avec un esprit empli de joie altruiste, de même pour la deuxième, de même pour la troisième, de même pour la quatrième; et ainsi au-dessus, au-dessous, autour, et partout, et pour tous comme pour lui-même, il demeure en imprégnant le monde entier avec un esprit empli de joie altruiste, abondant, élevé, incommensurable, sans hostilité et sans malveillance.


16. « Il demeure en imprégnant une direction avec un esprit empli d'équanimité, de même pour la deuxième, de même pour la troisième, de même pour la quatrième; et ainsi au-dessus, au-dessous, autour, et partout, pour tous et comme pour lui-même, il demeure en imprégnant le monde entier avec un esprit empli d'équanimité, abondant, élevé, incommensurable, sans hostilité et sans malveillance.


17. « Il comprend ainsi: 'Il y a ceci, il y a l'inférieur, il y a le supérieur, et au-delà il y a un moyen d'échapper à tout ce champ de perception.'


18. « Quand il connaît et voit ainsi, son esprit est libéré de la souillure du désir sensuel, de la souillure de l'être, et de la souillure de l'ignorance. Lorsqu'il est libéré vient la connaissance: Il 'est libéré.' Il comprend: 'La naissance est détruite, la sainte vie a été vécue, ce qui devait être fait a été fait, il n'y a plus de venue dans aucun état d'être.' Bhikkhus, on dit de ce bhikkhu qu'il est baigné du bain intérieur. »


19. Et en cette occasion le brahmane Sundarika Bhâradvâja était assis non loin du Bienheureux. Alors il dit au Bienheureux: « Mais le Maître Gotama va-t-il à la Rivière Bâhukâ pour se baigner? »
« Pourquoi, brahmane, aller à la Rivière Bâhukâ? Que peut faire la Rivière Bâhukâ? »
« Maître Gotama, beaucoup tiennent la Rivière Bâhukâ comme donnant la libération, beaucoup la tiennent comme donnant des mérites, et beaucoup se nettoient de leurs mauvaises actions dans la Rivière Bâhukâ. »


20. Alors le Bienheureux s'adressa au brahmane Sundarika Bhâradvâja en stances:

« Bâhukâ et Adhikakkâ,
Gayâ et Sundarikâ aussi,
Payâga et Sarassati,
Et la rivière Bahumatî -
Un imbécile peut s'y baigner pour toujours,
Pourtant il n'y purifiera pas ses noires actions.

Que peut faire disparaître la Sundarikâ?
Et la Payâga? Et la Bâhukâ?
Elles ne peuvent purifier une personne malfaisante,
Un homme qui a commis des actions cruelles et brutales.

Celui qui a le coeur pur a pour toujours
La Fête du Printemps (phaggu), le Jour Saint (uposatha);
Celui qui est juste en actions, celui qui a le coeur pur
Apporte sa vertu à la perfection.

C'est ici, brahmane, que tu devrais te baigner,
Pour faire de toi un refuge pour tous les êtres.
Et si tu ne dis aucun mensonge,
Ni ne fais de mal aux êtres vivants,
Ni ne prends ce qui n'a pas été donné,
Avec confiance et libre de l'avarice,
Quel besoin pour toi d'aller à Gayâ?
Car toutes les sources seront ta Gayâ. »


21. Quand ceci fut dit, le brahmane Sundarika Bhâradvâja dit: « Merveilleux, Maître Gotama! Merveilleux, Maître Gotama! Maître Gotama a rendu le Dhamma clair de nombreuses façons, comme s'il redressait ce qui a été renversé, révélait ce qui était caché, montrait le chemin à celui qui s'était perdu, ou tenait une lampe dans les ténèbres pour ceux qui ont la vue pour voir les formes. Je prends refuge dans Maître Gotama, et dans le Dhamma et dans la Sangha des bhikkhus. Puissé-je recevoir l'ordination formelle sous Maître Gotama, puissé-je recevoir la pleine ordination. »


22. Et le brahmane Sundarika Bhâradvâja reçut l'ordination formelle sous le Bienheureux, et il reçut la pleine ordination. Et bientôt, peu de temps après sa pleine ordination, demeurant seul, retiré, diligent, ardent, et résolu, le vénérable Bhâradvâja, en réalisant par lui-même avec la connaissance directe, entra et demeura ici et maintenant dans le but suprême de la sainte vie pour lequel les fils de bonne famille vont à juste titre de la vie de foyer vers la vie sans foyer. Il comprit directement: « La naissance est détruite, la sainte vie a été vécue, ce qui devait être fait a été fait, il n'y a plus de venue dans aucun état d'être. » Et le vénérable Bhâradvâja devint un des arahants.


Vous êtes libres de copier, distribuer et transmettre ce texte sous les conditions suivantes : qu'il soit exclusivement utilisé à but non commercial, qu'il ne soit pas modifié sans permission, que les redistributions se fassent sous les mêmes conditions d'utilisations, et que soit inclus ceci :

Traduit par Pháp Thân, d'après 'The middle lenght discourses of the Buddha : a new translation of the Majjhima Nikâya / original translation by Bhikkhu Ñânamoli ; translation edited and revised by Bhikkhu Bodhi' avec l'aimable permission de Wisdom Publications and Bhikkhu Bodhi.